Eglises en marche, avaient-ils promis. Des marches ils y en avaient, des églises, il y en avait aussi, mais aussi des marcheurs, mais aussi un musée. Eglises en marche qui se rencontrent, Eh oui en marchant ensemble, ils se sont rencontrés les marcheurs de ces deux Eglises qui partagent le même toit à Jacou. Au fond, après 25 ans de cohabitation, ils sont partis en balade et ça a marché. Sous le ciel clair des Cévennes, ils ont écouté l’évangile ensemble, ils ont chanté des psaumes ensemble, Ils ont témoigné ensemble, ils se sont cultivés ensemble, ils se sont racontés leurs histoires et leur histoire avec le musée du désert. Ils ont découvert des secrets de la famille chrétienne en France, ces secrets qui nous renvoient aux époques où Eglise et pouvoir ne faisaient qu’un. Enfin, avant de nous séparer, nous avons chanté ensemble, car « Chanter c’est prier deux fois », a dit Saint Augustin. 


Cette marche que nous avons partagée, ces témoignages, nous avons envie de les faire entendre au monde, aux autres. Mais comment faire ? Cette question est revenue à l’occasion de différentes interventions. Au « comment », nous avons eu envie d’ajouter le « pourquoi », pourquoi avons-nous envie de partager avec le monde ? A son époque Jésus pratiquait aussi la marche jacou2pour témoigner. On a pu lire dans Luc 17, 11-19, « En ce temps-là, Jésus, marchant vers Jérusalem, …. « 

Cette marche que nous avons partagée, nous avons envie maintenant de les multiplier pour grimper marche après marche les escaliers qui nous permettront de franchir les murs, ces murs que nous avons construits mais qui ne vont pas jusqu’au ciel.

Alors un grand bravo aux marcheurs qui ont été là de potron-minet jusqu’au couchant, bravo aux initiateurs du projet, et merci aux organisateurs, et pensées fraternelle aux fondateurs de ce projet utopiste. Et si les églises se renouvelaient par les périphéries, telles que cette initiative utopiste de centre œcuménique ?