Une conférence de presse s'est tenue ce matin mercredi 25 mai au CHU de Montpellier en présence de: Mgr Carré, Mr Thomas Le Ludec, Dr Lacambre (psychiatre, directeur du CRIAVS-LR), Wayne Bodkin (Responsable de la cellule), pour présenter la cellule d'écoute et d'accompagnement pour les victimes et auteurs d'actes pédophiles au sein de l'église. Cette dernière est une première en France et elle a conduit à la signature d'une convention-cadre de partenariat entre le CHU de Montpellier (représenté par Thomas Le Ludec, directeur Général) et l'archevêché de Montpellier (par Mgr Carré). Cette convention prévoit les modalités d'intervention des psychiatres du CRIAVS-LR du CHU auprès des victimes et des auteurs d'actes pédophiles au sein de l'Eglise. Cette cellule a la vocation et la particularité de s'adresser autant aux victimes qu'aux auteurs. Pour cela, une ligne téléphonique dédiée à été ouverte: 07 68 55 00 43 

IMG 4772   IMG 4773

Les ordinations de fin d’année pastorale sont là !
Les diacres permanents s’y sont préparés, souvent à l’appel de leur entourage, dans le cadre de leur équipe d’accompagnement : « as-tu pensé à être diacre ? Je crois que tu pourrais bien faire… Réfléchis à cette proposition ! ».
Ainsi s’ouvre un chemin pour une ordination en vue du service, à celui qui adhère, désire répondre à cet appel.

Pour les prêtres, en général, le désir nait dans le cœur et la vie des personnes, encouragé ou contrarié par l’entourage. Et bien sûr, cette aspiration doit être accompagnée et discernée par ceux et celles qui en ont la charge.

Quant aux évêques, l’appel est encore différent : c’est le coup de fil du nonce à Paris qui déclenche, chez le prêtre contacté, une période d’angoisse, de tiraillement avant de répondre oui ou non à ce qui vous est présenté comme l’appel du Pape ! Pour être honnête, il faut savoir que le nonce puise dans une réserve de noms qui lui ont été indiqués !

Pensons à celui qui a inventé pour nous la Newsletter et qui a répondu au téléphone…
Un grand merci, Bertrand. Et bonne route.

P. Claude AZÉMA

Mgr Pierre Marie Carré nous parle de l'Exhortation Apostolique du Pape François, diffusée ce jour vendredi 08 avril et qui fait suite aux deux synodes sur la famille.

   

Vous pouvez aussi lire une synthèse sur le site de la Conférence des Évêques de France.

 

 

Après avoir passé la journée ensemble à Saint Joseph de Montrouge, ce mardi 22 mars 2016, plus de 80 prêtres, diacres et séminaristes du diocèse étaient réunis en la Cathédrale Saint Nazaire de Béziers pour célébrer la Messe Chrismale autour de Mgr Carré.

 

Mais qu'est ce que la Messe Chrismale, célébrée tous les ans pendant la semaine Sainte?

IMG 1611

 

 

"La Messe Chrismale reçoit cette appellation parce que c’est au cours de cette célébration que le Saint Chrême est consacré. Cette huile servira dès les baptêmes de Pâques puis tout au long de l’année pour les sacrements du baptême, de la confirmation et de l’ordre.
Avec le Saint Chrême qui est l’objet d’une consécration spéciale, deux autres huiles sont bénites :

l’Huile des catéchumènes qui sert dans les célébrations préparatoires au baptême surtout pour les adultes ou les enfants déjà grands

l’Huile des Malades qui sert dans la célébration du Sacrement des malades

Prêtres, diacres et fidèles sont invités largement à cette célébration qui manifeste l’unité de toute la communauté diocésaine autour de son évêque. Au cours de cette messe qui manifeste l’unité de toute l’Église diocésaine autour de son Évêque, les prêtres renouvellent leurs promesses sacerdotales : vivre toujours plus unis au Seigneur Jésus, chercher à lui ressembler, renoncer à eux-mêmes, être fidèles aux engagements attachés à la charge ministérielle, célébrer les sacrements, annoncer la Parole de Dieu avec désintéressement et charité." (Source: CEF)

 

Vous pouvez retrouver toutes les photos de la Messe ici 

 

Et réécouter l'homélie de Mgr Carré avec rcf

Le Carême s’avance toujours trop vite ! Dans un mois nous serons déjà à Pâques ! Cette année, le jubilé de la miséricorde nous sollicite plus encore.
Pourquoi ne pas chercher à redécouvrir ce que Dieu veut faire avant de nous demander les actes de miséricorde que nous pourrions mettre en œuvre ?
La miséricorde, c’est d’abord l’attitude de Dieu devant le péché des hommes. Il ne les détruit pas, mais veut leur pardonner. Plus encore ! Il cherche à se constituer au milieu de l’humanité un peuple fait de pécheurs pardonnés qui pourront mettre en pratique la miséricorde dont ils ont bénéficié. Pendant ce Carême, comme l’a fait le fils prodigue, notre attitude est de nous dire : « j’irai trouver mon Père et je lui dirai : Père, j’ai péché contre toi » (cf. Lc 15, 18). Le sacrement du pardon nous est présenté très largement et des « missionnaires » de la miséricorde, envoyés par le Pape, sont à notre service.
La miséricorde est ensuite le terme le plus adapté pour indiquer la nouvelle attitude qui est celle des chrétiens dans le monde d’aujourd’hui. Devant elle, le mal n’est pas le plus fort. Déjà, un vieil adage rabbinique déclarait que parmi les piliers qui soutiennent le monde et l’empêchent de s’écrouler et de disparaître, il y a les œuvres de miséricorde. Vivre la miséricorde en cherchant à mettre en pratique ce qui concerne les corps (cf. surtout la parabole du jugement dernier, Mt 25, 31-46) ou ce qui concerne les âmes, c’est agir en manifestant dans notre monde la force de l’Evangile et en montrer la crédibilité.
Pour terminer, une suggestion : nous avons besoin de grandir dans une estime réciproque les uns à l’égard des autres. Qu’il serait beau et bon de nous garder de toute parole malveillante et de ne pas répéter ce que nous pouvons entendre dire de mal des autres !
Bonne route vers Pâques en témoins de la miséricorde de Dieu !
+ Pierre-Marie Carré
Archevêque de Montpellier

L’archevêque de Montpellier, Pierre-Marie Carré est présent à la Rencontre mondiale des familles à Philadelphie. Il est accompagné de M Wayne Bodkin, délégué épiscopal à l’information.

Les responsables diocésains de Pastorale liturgique et sacramentelle de la Province de Montpellier, avec l’accord de nos Evêques, proposent, une nouvelle fois, une formation liturgique en six week-ends.