Homélie de ce jour de Mgr Crépy, Assemblée plénière de Lourdes(07/11/16)

Chers Amis,

Les paroles du Christ nous touchent tout particulièrement ce matin par leur actualité et par leur vérité: «il est inévitable que surviennent des scandales, des occasions de chute mais malheureux celui par qui cela arrive!» (Lc 17, 1)Oui, il nous faut oser regarder en face les scandales du péché qui atteignent l’Eglise toute entière. Oui, il nous faut sortir du trop long silence coupable de l’Eglise et de la société et entendre les souffrances des victimes: les actes pédophiles, ces crimessi graves, brisent l’innocence et l’intégrité d’enfants et de jeunes.Oui, il nous faut oser prendre tous les moyens pour que la Maison Eglise devienne un lieu sûr. Oui, il nous faut comme le demande le Pape François, «demander pardon pour les péchés commis par les autorités ecclésiastiques qui ont couvert les auteurs d’abus et ignoré la souffrance des victimes». Quand il s’agit des plus fragiles, des plus faibles, des «petits», Jésus parle haut et fort. Ainsi les enfants sont la figure même des vrais disciples : «Laissez les enfantsvenir à moi, ne les empêchez pas, car le Royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.» (Mc 10,14) D’où, dans l’évangile que nous venons d’entendre,cette condamnation si claire et si vigoureuse de ceux qui scandalisent et méprisent les petits : «Il vaut mieux qu’on lui attache au cou une meule en pierre et qu’on le précipite dans la mer, plutôt qu’il ne soit une occasion de chute pour un seul des petits que voilà.» (Lc 17, 2). Il n’y pas d’excuses ou de demi-mesures pour les actes commis sur un seul de ces petits! Il y a cette condamnation sans appel du Christ face au scandale vis-à-vis d’un seul de ces petits.

Notre calendrier comporte un certain nombre de jours fériés en plus du dimanche, le jour du Seigneur Ressuscité. C’est le cas pour la Toussaint et l’on peut imaginer qu’il sera bien difficile de supprimer cette fête et le jour de congé qu’elle entraine, même pour l’esprit le plus laïcard qui soit !
La Toussaint, fête de tous les saints connus ou inconnus avec ceux et celles qui récemment ont été inscrits au calendrier religieux.
Après le pasteur Martin Lutter King, Mgr Oscar Roméro, les saints Jean XXIII et Jean-Paul II, les générations présentes ont été sensibles à Sainte Térésa, à l’abbé Pierre ou encore à Sœur Emmanuelle. Et voici que nous découvrons en eux leur profonde humanité, leurs doutes, les hauts et les bas de leur existence.
Nous avons appris cela sur Mère Térésa, après les révélations de lettres intimes où elle parle, comme tant d’autres saints et mystiques, de ses doutes, de ses nuits, de son chemin d’aridité spirituelle : « où es- tu, Seigneur ? » Pour elle, pour nous, la sainteté c’est la confiance et l’abandon à la grâce de Dieu qui peut réaliser des merveilles plus grandes encore, au cœur même de nos sentiments tiraillés.
Nous serions- nous laisser abuser au point de croire que tout était facile pour elle ? Que la foi lui était devenue naturelle ? Qu’elle percevait à chaque instant la présence de Dieu ? Aurions-nous confondu sainteté avec perfection, héroïsme, exploits humains ?
Dans la vie de tous les jours, nous expérimentons la pauvreté de nos réponses à l’amour de Dieu, à son appel à la sainteté. « Je ne suis pas Mère Térésa ! » Cette phrase nous redit bien la perception que beaucoup ont eue de l’action de cette femme devenue modèle et icône de la charité en acte.
Mais où puisait-elle, contre vents et marées, au creux des doutes et des difficultés à croire, la force de continuer ? Toute la révélation biblique nous en indique la direction. Inlassablement, c’est l’invitation à revenir au Seigneur, à faire mémoire de ses hauts faits, de ses bienfaits pour le peuple et pour chacun.
Il y a comme un leitmotiv qui court à travers toute la Bible : « rappelle-toi, souviens-toi, vous ferez mémoire des hauts faits de Dieu », de tout de ce qu’il a fait pour toi, pour vous et singulièrement la libération d’Egypte et de la servitude.
La Vierge Marie, dans son Magnificat se situe dans la grande lignée des saints du Premier Testament quand elle proclame : « Le Seigneur fit pour moi des merveilles, saint est son nom »… C’est le cri de l’humble servante du Seigneur qui accomplit son existence, sa vocation dans la logique du oui de l’Annonciation.
Et St Paul ne dit pas autre chose à son disciple Timothée : « ne néglige pas le don de la grâce qui te fut conféré… je te rappelle d’avoir à raviver le don de Dieu qui est en toi depuis que je t’ai imposé les mains » (1 Tm 4/14 et 2 Tm 1/6)
Voilà où s’origine la sainteté, dans le don de Dieu, dans la vocation, la réponse de nos commencements. Alors s’ouvre le chemin de nos vies, chemin de sainteté au croisement des appels de notre monde et de notre capacité à y répondre que seul peut nous donner l’Esprit de sainteté, l’Esprit-Saint.
P. Claude AZÉMA

 
Voici l'homélie du P. Blayac, vicaire général, pour les obséques du P.Michel.

« Nous serons enlevés sur des nuées à la rencontre du Seigneur dans les airs et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. »

Dans son ministère de prêtre, Claude a souvent été confronté à la mort et certaines particulièrement douloureuses, mais cette phrase de St Paul que nous venons d’entendre, il l’avait faite sienne, avec toute la joie de vivre qui l’animait.

Le dernier livre qu’il lisait nous aide aussi, avec notre tristesse, à comprendre cet événement du départ de Claude : « Au désir toujours impatient de faire, de prendre et de ne rien perdre, il faut donc répéter ces mots de Jésus sur la croix : « tout  est accompli ». Il n’y a plus qu’à célébrer. »

Ces mots Claude les a lus quelques jours avant de prendre son sac à dos, son bréviaire et de rejoindre la vallée de la Vis, seul à la rencontre de la beauté de la création, seul à la rencontre de son Sauveur.

Lui-même nous donne les clés : « Après le temps du croire, ce sera le temps de la rencontre, le temps de la plénitude. Voila la Bonne Nouvelle qui change la vie des hommes… Elle nous permet d’avancer en toute confiance, vers le face-à-face. Dans notre monde en déficit d’espérance, ceux qui croient à la résurrection sauront-ils porter l’espérance ? »

Cette question que Claude posait aux chrétiens des paroisses de Stella Maris en avril 2015, il nous la pose aujourd’hui, à chacun de nous.

De la vie de Claude, comme de son face-à-face avec Dieu, avec notre sœur la mort corporelle à qui nul homme vivant ne peut échapper, faisons un  amen. Oui, tout est accompli.

Dans ce face-à-face, Claude comprend tout l’engagement qui a été le sien, auprès d’ados des années 60-80, auprès d’enfants, d’enseignants, de parents de l’Enseignement Catholique, auprès de malades, de soignants, d’aumôniers d’hôpitaux et de visiteurs de malades, auprès de paroissiens, gens heureux ou gens souffrants, gens croyants ou gens en plein doute, auprès de vous ses neveux et nièces tant aimés. Tout est accompli.

C’est en cette année jubilaire de la miséricorde, cette année où résonnent les paroles du pape François, en qui il retrouvait les accents du concile Vatican II, que Claude vit le passage. Et alors que nous célébrons sa vie de frère à l’image du petit frère universel, sa vie de prêtre à la suite du Souverain Prêtre, sa vie pleine de distinction, de simplicité, de discrétion, nous l’entendons nous lire ces mots du pape François, qu’il a médité ces derniers jours : « Nous avons toujours besoin de contempler le mystère de la miséricorde. Elle est source de joie, de sérénité, et de paix, elle est le chemin qui unit Dieu et l’homme, pour que l’homme ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours. »

Claude nous l’a répété inlassablement, que nous sommes aimés par Dieu pour toujours. J’ai entendu bien des fois ces jours-ci : « Il m’a fait confiance », « il m’a permis de retrouver la confiance en moi, malgré la maladie, malgré mes erreurs. »

Si Claude disait cela, c’est qu’il le tirait de sa profonde méditation sur le mystère de l’homme et sur la certitude qu’il avait que Dieu est amour et qu’il sauve tout homme et toute la création.

Cette prière du petit frère de Jésus, Charles de Foucauld, avec laquelle Claude priait si souvent : « Mon Père je m’abandonne à toi, fais de moi ce qu’il te plaira. Quoi que tu fasses de moi, je te remercie, se suis prêt à tout, j’accepte tout. Pourvu que ta volonté se fasse en moi et en toutes tes créatures, je ne désire rien d’autre mon Dieu », aujourd’hui, elle nous permet de relire la vie de Claude, tout ce qu’avec l’humilité de l’enfant de Nazareth, il a pu faire. Aujourd’hui, nous le célébrons.

Tout est accompli dans la confiance en l’homme, dans la confiance en Dieu. Adieu Claude, le frère et le père, le croyant et l’ami.

Mgr Carré, ainsi que les membres de la cellule d'écoute des auteurs et des victimes de violences sexuelles (CEAVE), se sont entretenus avec le Midi-Libre.

Petit bilan, 6 mois aprés l'ouverture de cette cellule.

Retrouver l'article complet sur le Midi Libre: cliquez ici

Officiel – Nominations

Par décision de Mgr l’Archevêque,
- M. l’abbé Gérard Blayac est nommé vicaire général et responsable du Service Diocésain des Vocations.
- M. l’abbé Michel Plagniol est nommé vicaire épiscopal de Montpellier.
- M. l’abbé Hervé Dussel est nommé responsable du secteur missionnaire « Grand Montpellier Sud ».
- M. l’abbé Régis Coste est nommé curé de la paroisse S. Jean du Lez, dans le cadre du secteur missionnaire « Grand Montpellier Sud ».
- M. l’abbé Claude André est nommé curé in solidum et modérateur de la paroisse S. Philippe du Vidourle, dans le cadre du secteur missionnaire « Porte de Camargue ».
- M. l’abbé Jean Costes est nommé curé des paroisses S. Guilhaume Courtet et Les Clochers du Pont de Caylus, dans le cadre du secteur missionnaire « Béziers – Biterrois ».
- Frère Jean du Sacré-Cœur Danneels fj, est nommé avec l’accord de ses supérieurs, curé de la paroisse S. Cléophas-S. Jacques, dans le cadre du secteur missionnaire « Grand Montpellier Sud ».
- Le Père Jan Jankowski, de la communauté Synodia, est nommé curé in solidum des paroisses de Béziers, au service de la paroisse Bonne Nouvelle, dans le cadre du secteur missionnaire « Béziers – Biterrois ».
- M. l’abbé Lucas Lambert est nommé curé de la paroisse ND de la Réconciliation, dans le cadre du secteur missionnaire « Béziers – Biterrois ». Il conserve ses autres fonctions.

- M. l’abbé Jacques Bétoulières est nommé vicaire paroissial des paroisses Cathédrale – S. Denis et recteur de la Basilique Notre-Dame des Tables, dans le cadre du secteur missionnaire « Grand Montpellier Nord ».
- M. l’abbé Charles-Edouard Bruneault, est nommé, avec l’accord de l’Archevêque de Paris, vicaire paroissial des paroisses Cathédrale – S. Denis, dans le cadre du secteur missionnaire « Grand Montpellier Nord ».
- M. l’abbé Giovanni De Checchi est nommé vicaire paroissial de la paroisse ND de la Réconciliation, dans le cadre du secteur missionnaire « Béziers – Biterrois ». Il conserve ses autres fonctions.
- Frère Bruno Grégeois op est nommé, avec l’accord de ses supérieurs, vicaire paroissial de la paroisse S. Jean du Lez, dans le cadre du secteur missionnaire « Grand Montpellier Sud ».

- M. l’abbé Humberto Pabon est nommé vicaire paroissial des paroisses ND du Val d’Hérault – S. Roch en Piscénois, dans le cadre du secteur missionnaire « Mer, Vignes et Volcans », et responsable de la pastorale des jeunes dans ce secteur.
- Le Père Krzystof Paczos, de la communauté Synodia, est nommé vicaire paroissial des paroisses de Béziers, au service de la paroisse Bonne Nouvelle. dans le cadre du secteur missionnaire « Béziers – Biterrois ».
- M. l’abbé Bernard Peytavi est nommé vicaire paroissial des paroisses S. Pons du Jaur, Ste Thérèse du Carroux et S. Jacques des Lacs, dans le cadre du secteur missionnaire « Les Marches de l’Espinouse ».
- Le Père Louinès Plaisir est nommé, avec l’accord de ses supérieurs, vicaire paroissial des paroisses S. Barnabé – S. Jacques de Compostelle, dans le cadre du secteur missionnaire « Grand Montpellier Nord ».
- Le Père Slawomir Uminski, de la communauté Synodia, est nommé vicaire paroissial de la paroisse de Sète, dans le cadre du secteur missionnaire « Bassin de Thau ».

- M. l’abbé Pierre Brugidou est nommé prêtre accompagnateur de la Direction diocésaine de l’Enseignement catholique.
- Frère Matthieu Gauthier op est nommé, avec l’accord de ses supérieurs, aumônier de l’aumônerie centre-ville de Montpellier, dans le cadre de la Pastorale étudiante.
- Frère Eric Terrassier op est nommé, avec l’accord de ses supérieurs, coordinateur de la Pastorale étudiante.

- M. l’abbé Raphaël Duchamp, diacre, est nommé responsable de l’aumônerie des collèges de l’Enseignement Public sur les paroisses Cathédrale - S. Denis.
- M. l’abbé Matthieu Marger, diacre, est nommé responsable de l’aumônerie des collèges de l’Enseignement Public sur la paroisse ND de la Paix.
- M. l’abbé Nicolas Pietruch, diacre, de la communauté Synodia, est nommé responsable de l’aumônerie des collèges et lycées de l’Enseignement Public de la paroisse de Sète.

Ces nominations prendront effet au 1er septembre 2016.

- Une équipe d’animation pastorale (EAP) est nommée sur les paroisses de Saint Chinian et Notre-Dame des Vignes. Elle est composée de :
- Mme Christine Humbert
- M. André Sigé, diacre
- Sœur Marie-José Sosa
- M. Max Veray

Le P. David Cortés, curé des paroisses, en est le modérateur selon le canon 519.

M. le Chanoine Alain Eck, Chancelier                    

+ Pierre-Marie Carré,  Archevêque de Montpellier

Une conférence de presse s'est tenue ce matin mercredi 25 mai au CHU de Montpellier en présence de: Mgr Carré, Mr Thomas Le Ludec, Dr Lacambre (psychiatre, directeur du CRIAVS-LR), Wayne Bodkin (Responsable de la cellule), pour présenter la cellule d'écoute et d'accompagnement pour les victimes et auteurs d'actes pédophiles au sein de l'église. Cette dernière est une première en France et elle a conduit à la signature d'une convention-cadre de partenariat entre le CHU de Montpellier (représenté par Thomas Le Ludec, directeur Général) et l'archevêché de Montpellier (par Mgr Carré). Cette convention prévoit les modalités d'intervention des psychiatres du CRIAVS-LR du CHU auprès des victimes et des auteurs d'actes pédophiles au sein de l'Eglise. Cette cellule a la vocation et la particularité de s'adresser autant aux victimes qu'aux auteurs. Pour cela, une ligne téléphonique dédiée à été ouverte: 07 68 55 00 43 

IMG 4772   IMG 4773

Les ordinations de fin d’année pastorale sont là !
Les diacres permanents s’y sont préparés, souvent à l’appel de leur entourage, dans le cadre de leur équipe d’accompagnement : « as-tu pensé à être diacre ? Je crois que tu pourrais bien faire… Réfléchis à cette proposition ! ».
Ainsi s’ouvre un chemin pour une ordination en vue du service, à celui qui adhère, désire répondre à cet appel.

Pour les prêtres, en général, le désir nait dans le cœur et la vie des personnes, encouragé ou contrarié par l’entourage. Et bien sûr, cette aspiration doit être accompagnée et discernée par ceux et celles qui en ont la charge.

Quant aux évêques, l’appel est encore différent : c’est le coup de fil du nonce à Paris qui déclenche, chez le prêtre contacté, une période d’angoisse, de tiraillement avant de répondre oui ou non à ce qui vous est présenté comme l’appel du Pape ! Pour être honnête, il faut savoir que le nonce puise dans une réserve de noms qui lui ont été indiqués !

Pensons à celui qui a inventé pour nous la Newsletter et qui a répondu au téléphone…
Un grand merci, Bertrand. Et bonne route.

P. Claude AZÉMA