"Une plante  aux multiples  rameaux" (vita consecrata n°5) avec une  seule  racine : la suite  du Christ  dans  sa  radicalité  évangélique, son mystère pascal, son unique  commandement de l'Amour  sans partage de Dieu et des autres.

La vie contemplative

Depuis les premiers siècles de l'Eglise, des hommes et des femmes se sont sentis appelés à imiter la condition de serviteur du Verbe incarné et ils se sont mis à sa suite en vivant de manière spécifique et radicale, par la profession monastique, les exigences qui découlent de la participation baptismale au mystère pascal de sa mort et de sa résurrection. En portant la Croix, ils se sont ainsi engagés à devenir témoins de l'Esprit, hommes et femmes authentiquement spirituels, capables de féconder secrètement l'histoire par la louange et l'intercession continuelles, par les conseils ascétiques et les ouvres de charité.

La Vie religieuse apostolique

La vie religieuse apostolique comprend plusieurs familles et congrégations d’hommes et de femmes qui s’adonnent à l’activité apostolique et missionnaire et multiples œuvres de charité. Les religieux et religieuses se consacrent à Dieu par la profession publique des Conseils Evangéliques selon un charisme spécifique.

Les Instituts séculiers

Aux formes traditionnelles de vie consacrée (religieux, religieuses, ermites), l’Eglise en a ajouté une nouvelle en 1947 : les instituts séculiers. Par les mêmes trois vœux, leurs membres s’engagent à suivre le Christ de manière radicale. Mais le lieu spécifique de leur vocation est le monde, où ils vivent et témoignent de manière séculière, dans leur activité professionnelle et leurs divers engagements. Ils sont pleinement laïcs et pleinement consacrés- il y a aussi des instituts de prêtres séculiers. Présents dans tous les continents, les instituts séculiers sont aujourd’hui près de 300 et rassemblent plus de 30.000 personnes.
Pour ce qui est des textes de référence (textes fondateurs, textes duMagistère, etc.) consulter le site de la CMIS (Conférence Mondiale des Instituts Séculiers).

Les Vierges consacrées vivant dans le monde

La virginité consacrée n’est pas une nouvelle forme de vie consacrée, mais un état de vie consacrée rendu à nouveau possible par le Concile Vatican II pour des femmes qui vivent dans le monde. Au terme d’un chemin de discernement, après avoir exprimé son propos de vivre dans la chasteté,  de suivre le Christ et de veiller dans la prière tout au long de sa vie, la candidate est consacrée par l’évêque de son diocèse, selon le rite liturgique approuvé, au cours d’une cérémonie publique et solennelle. Le service de la prière lui est confié.
La consécration n’implique aucun changement extérieur particulier : chacune reste dans son cadre de vie, exerce un métier, a un logement ; elle participe à la vie de l’Eglise de son diocèse.
Très différentes entre elles par l’âge, la situation, la profession, sans mener une vie commune, elles constituent l’Ordre des vierges vivant dans le monde. Aujourd’hui, elles sont plusieurs milliers dans le monde, réparties sur tous les continents. Elles sont dix dans le diocèse de Montpellier.

Les Sociétés de vie apostolique

Il convient de mentionner spécialement les Sociétés de vie apostolique ou de vie commune, masculines et féminines, qui poursuivent avec leur style propre une fin spécifique apostolique ou missionnaire. Chez nombre d'entre elles, les conseils évangéliques sont assumés par des liens sacrés que l'Eglise reconnaît expressément. Toutefois, même en pareil cas, la particularité de leur consécration les distingue des Instituts religieux et des Instituts séculiers. Il faut sauvegarder et promouvoir la spécificité de cette forme de vie qui, au cours des derniers siècles, a produit tant de fruits de sainteté et d'apostolat, notamment dans le domaine de la charité et de la diffusion missionnaire de l'Evangile.

Les Ermites

Des hommes et des femmes consacrés à Dieu dans le célibat pour le Royaume de Dieu sont poussés à mener une vie contemplative dans une solitude plus grande, souvent dans un grand dépouillement. "L'ermite est reconnu par le droit comme dédié à Dieu dans la vie consacrée, s'il fait profession publique des trois conseils évangéliques scellés par un vœu ou par un autre lien sacré entre les mains de l'évêque diocésain, et s'il garde, sous la conduite de ce dernier, son propre programme de vie. (DC 603 §2).

Contact :
Consulter l'annuaire diocésain

Pages liées :
Vocations