En ce début du mois de septembre, c’est la période de toutes les rentrées : celle des enfants, des petits enfants avec leurs enseignants, ; celle des collégiens, des lycéens, des étudiants avec leurs professeurs et celle des parents et des grands-parents, car les rythmes scolaires déterminent aujourd’hui la vie sociale de beaucoup : il n’y a qu’à voir les soucis qu’entrainent les changements dans l’organisation des semaines scolaires de 4 jours ou non … 
C’est la rentrée aussi, après les congés et les vacances, pour ceux qui ont la chance d’avoir du travail. Et dans nos diocèses c’est également la reprise pour pas mal de paroisses, de services, d’équipes et de groupes qui préparent une année nouvelle, même si ce n’est pas le 1er janvier ! Les projets ne manquent pas ; parfois ce sont les personnes qui manquent pour les mettre en œuvre… Des orientations sont données mais ce qui vient d’en haut se heurte parfois à cette remarque sans appel : « mais chez nous, ce n’est pas pareil !... ».
Il est difficile de donner des conseils pour bien démarrer l’année, mais je me hasarde à en rappeler un. Nous avons la mémoire courte, nous passons d’une chose à l’autre, nous oublions la réflexion sérieuse que nous avions faite sur tel ou tel sujet ; nous n’avons pas la culture de la relecture, de l’approfondissement, de la mémoire vivante de ce qui a été déjà dit et peut-être même commencé. Nous ne partons pas de rien, de zéro… Sachons puiser dans le neuf, mais aussi dans l’ancien disponible. C’est un conseil de Jésus dans l’évangile, c’est tout l’intérêt de la reprise pour enrichir nos réflexions et éviter des erreurs possibles. Sans oublier que parfois d’autres et ailleurs ont déjà bien progressé sur ce que nous envisageons de faire. Ce serait dommage de ne pas en bénéficier !
Alors, bonne rentrée à tous.


Mgr Claude Azéma
Evêque auxiliaire de Montpellier