PRTLRéunis autour de Monseigneur Claude Azéma, Evêque auxiliaire de Montpellier, s’est tenue à la maison des pénitents à Mèze la deuxième rencontre (février 2016) des hospitaliers bénévoles qui œuvrent en faveur d’une pastorale d'évangélisation sur les chemins de Compostelle qui passent dans notre diocèse.

En juin 2014 une première rencontre avait permis de présenter la démarche conjointe des évêques des Églises catholiques d’Espagne et de France en faveur d’une présence chrétienne sur le chemin, et pour que l’église soit "visible" sur les chemins qui mènent à Compostelle.

Serge Malbec délégué diocésain pour cette pastorale a fait le bilan de ce qui a pu être mis en place depuis dans les paroisses concernées dans le cadre du plan pastoral d’action. La particularité du diocèse de Montpellier c’est d’avoir deux chemins qui traversent 43 villes et villages.

A partir de Montpellier celui qui passe par la vallée de l’Hérault en cheminant entre garrigues et forêts (GR 653) vers Saint Guilhem le désert par les voies d’Arles/Tolosana, et celui qui longe la plaine Languedocienne, (chemin des Romieux futur GR78.1 le plus ancien qui était emprunté par les pèlerins qui se rendaient à Rome) passant par Gigean, Loupian, Pinet, Saint Thibéry et Béziers vers Carcassonne, par les voies des Piémonts Pyrénéens.

Mgr Azéma a situé la démarche dans son contexte, à partir de l’interrogation de savoir comment faire du Chemin un chemin d’évangélisation pour aujourd’hui, sachant que 70% des personnes qui s’engagent sur le Chemin de Saint-Jacques ne le font pas au départ pour des motivations religieuses ? Pour lui, on sent qu’entreprendre ce Chemin, c’est manifester une certaine quête de sens, chercher un nouveau souffle dans sa vie, rompre avec les rythmes accélérés de la société d’aujourd’hui pour marcher au rythme de la Création, au pas de l’homme. Il est normal que l’église soit attentive aux personnes qui passent chez nous.

Serge Malbec a remercié les délégués qui reçoivent les pèlerins dans un esprit de disponibilité et d’accueil humain et chrétien, (ouverture des églises, organisation d’accueil "chrétien" des marcheurs, lieux avec ou sans hébergement, pratique de la Donativo ou libre participation aux frais.) soulignant qu’il faut des fois, seulement écouter et montrer que nous sommes en charge de fraternité, en serviteur de l’Evangile.

PS : la Donativo ou libre participation aux frais qui à toujours existé sur les chemins de pèlerinage, dans la mesure où l’étranger « pèlerin » était le bienvenu, lorsqu’il frappait à une porte et demandait assistance