Nous vous avions informé, il y a deux ans, de l’ouverture d’une « Ecole de terrain » de catéchèse d’adultes, demandée par des personnes de l’Aude, mais aussi rendue nécessaire par l’urgence de la mission : « malheur à moi si je n’évangélise » 1Co 9,16

Avec de petits moyens , nous nous sommes lancées dans cette folle aventure, concernant quatre personnes de l’Aude, une de Dordogne et neuf de l’Hérault. Tout en utilisant la pédagogie des « seuils de la foi » de Mess’aje, destinée à former de futurs animateurs, nous avons accueilli des personnes, désireuses d’approfondir leur foi et de s’exercer à la transmettre, à travers d’autres services d’église, et dans leur quotidien.

Nous nous sommes retrouvés pendant deux ans, à raison d’un week-end par mois, (soit 20 week-ends), parcourant « l’histoire de la foi » dans la Bible, depuis ses balbutiements au sein des tribus de l’Exode, jusqu’à son enracinement dans le credo de l’Eglise.

Dans l’ensemble, le groupe s’est montré assidu à cette formation exigeante, faisant appel aussi à une somme de travail personnel, à travers des préparations d’apports. Car, dès le début, notre visée pédagogique a été de permettre à chacun(e) de mettre le pied à l’étrier…en animant, devant le groupe, les 5 entrées de Mess’aje : prière, animation de la séquence d’un audio-visuel, apport en Bible-histoire, relecture de foi, et actualisation-partage.

L’ambiance est demeurée très fraternelle et joyeuse, les étudiants se sont soutenus, stimulés, ils ont appris à co-animer, et ont fait leurs premiers pas, à chaque rencontre et dans des stages en groupe de base. La covid nous a, parfois, un peu plombés, mais nous l’avons apprivoisée…
Nous avons reçu Philippe Gaches, professeur de musique à Montpellier et directeur de chorale. Sa conférence, sur la musique des diaporamas, a souligné combien elle est « inspirée ».

Bertille Vernier, présidente de Mess’aje-France, est venue du Nord, partager un week-end en février. Elle a pu nous voir vivre cette méthode active d’apprentissage.
Nous avons eu la joie d’accueillir Mgr Carré, qui nous a parlé des « récits de résurrection », et Mgr Guellec, qui nous a introduit au « nouveau Directoire de la catéchèse » et a célébré la dernière Eucharistie. Nous les en remercions.
Les 17 et 18 oct, nous avons eu la chance de pouvoir accueillir, avant le confinement.. . deux théologiennes, Edith, venue de Lille et Catherine, de Pornic, accréditées par Mess’aje, pour une évaluation finale de ces deux années.

Malgré le stress, ces deux jours ont été denses et joyeux. Les étudiants présents ont servi de « groupe-test » pour que chacun puisse faire un apport, en bible-histoire et théologie, et en binôme, animer un partage autour du montage, faire prier ou vivre un temps de partage-actualisation.
Catherine et Edith ont été impressionnées par la réactivité joyeuse du groupe, laissant filtrer le vécu de ces deux années. Le tout a été couronné par un temps de repas convivial, malgré la distance conventionnelle…dehors, au soleil, avec des «tartes» de tous genres et du « vin capiteux »…prémices de la joie du royaume !
Mais à quoi mène tout cela ? Un week-end est prévu, à En-Calcat, pour « lier la gerbe » de ces deux ans, partager la trace de ce que le Seigneur a fait dans nos vies, et prier l’Esprit d’éclairer la route de chacun.Six personnes ont exprimé le désir de co-animer en ouvrant des groupes Mess’aje, conscientes d’avoir besoin d’être épaulées…Dans l’Aude, un groupe s’ouvrira, chez les Gitans, avec l’aide de Françoise Vieules, animatrice de longue date. Avec nos très petits moyens actuels, nous ferons notre possible, pour que, celles et ceux qui se sentent appelés… puissent commencer l’animation, mais il leur faudra être « accréditées » par Mess’aje-France, et « habilitées » par les diocèses, à travers des modalités qu’il reste encore à définir.
Voilà ce vécu, que nous vous partageons fraternellement.

Chantal Dassié et Nicole Mignard

 

Témoignages d’étudiants

 

J’ai rejoint l’école Mess’AJE au départ pour approfondir ma connaissance de la Bible, mais sans savoir vraiment dans quoi je « m’embarquais », n’ayant aucun engagement dans l’Eglise, mais plutôt dans le social, n’étant pas même vraiment « pratiquante ».J’ai rejoint l’école Mess’AJE au départ pour approfondir ma connaissance de la Bible, mais sans savoir vraiment dans quoi je « m’embarquais », n’ayant aucun engagement dans l’Eglise, mais plutôt dans le social, n’étant pas même vraiment « pratiquante ». J’ai découvert des animatrices éclairées, compétentes, bienveillantes mais  exigeantes, un groupe de personnes d’une grande foi, chaleureux et tolérant, une catéchèse faisant appel à toutes les dimensions de la personne, et le parcours de l’histoire de la foi m’a passionnée, surtout dans les deux premiers seuils qui étaient une vraie découverte, très éclairante pour mieux comprendre les évangiles. Tout cela m’a permis de cheminer avec les autres, de faire évoluer mon regard sur l’Eglise, et m’a aidée à me recentrer sur l’essentiel. Cependant cela n’a pas éliminé tous mes doutes, toutes mes interrogations et je sais que j’ai encore du chemin à faire.

Marie-Françoise Scrive, de Pézenas 

J’ai vécu un pèlerinage d’un pas à pas avec ce peuple de Dieu, à travers l’histoire, sa créativité spirituelle (qui aujourd’hui peut éclairer notre quotidien), et sa fidélité constitutive de son identité. Je ne le connaissais qu’à travers des extraits qui s’entrecroisaient et me donnaient des difficultés pour prendre du temps, du désir et du plaisir dans les écritures. Aujourd’hui, j’ai trouvé une cohérence et un chemin pour ma foi et surtout le désir d’en vivre. C’est aussi par la diversité du groupe, véritable échantillon d’Eglise, qui trouve sa cohésion en Christ, que j’ai approfondi mon adhésion à cette aventure dans une atmosphère et un dialogue fraternel. MERCI pour cette expérience unique où l’accueil et la bienveillance des uns envers les autres donnent le vrai visage de notre humanité.

Mauricette Ivorra de Tourbes

Ces deux années d’école Mess’AJE ont constitué pour moi une aventure. Ce Dieu qui avait fait alliance avec son peuple est venu, au travers des enseignements, de la prière et de la convivialité vécue, forger la foi qui existait en moi de façon trop abstraite. Le travail sur l’Eglise a été pour moi l’occasion d’établir un parallèle entre la Parole de Dieu ainsi révélée en Christ, et la vie de l’Eglise vécue en paroisse, avec les questionnements qui sont les nôtres aujourd’hui.

Jean François Lassalvy, de Tourbes 

 

L’enseignement que j’ai reçu durant ces 2 années de formation à l’école Mess’AJE me permet d’éclairer ma foi, de l’intégrer dans l’histoire commune de l’Eglise, d’appréhender la valeur de ce cadeau mystérieux de la foi, cadeau oh combien personnel, intime, mais aussi qu’on ne peut garder pour soi ! Nous permettre d’oser le partage de notre foi était l’objectif de ce parcours. En effet la responsabilité de la transmission nous incombe, à nous chrétiens qui avons la chance d’avoir pris du temps pour lire la Bible, pour étudier notre histoire, pour creuser notre foi. En ce temps où nous nous préparons à accueillir la Vie qui vient en la personne de Jésus le Christ, je découvre de nouvelles saveurs à tous ces textes des prophètes, qui annonçaient le Christ, parce qu’ils sont éclairés pour moi par tous ces enseignements. Oui notre foi passe des seuils, mais nous les passons toujours accompagnés par l’Amour de Dieu qui nous conduit à travers de merveilleuses rencontres, de témoins, de chercheurs, d’écrits, d’œuvres d’art, vers l’ultime Rencontre.

Bernadette Pratviel, de Tourbes

 

Ce qui a été le plus important pour moi au niveau de la foi a été de découvrir que Jésus va jusqu’au bout de son amour en offrant sur la croix le pardon du refus : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ». Jésus manifeste que la miséricorde donnée par le Père est sans retour. Il nous recrée en permanence. Et c’est au pied de la croix que naît l’Eglise ; elle est mystique, car elle dépasse tout ce qui brise la communion entre les femmes et les hommes.

Marie-Josèphe Peyre de Montpellier

 

Mess’AJE m’a permis, à la suite d’un veuvage et d’un licenciement économique, de prendre pied plus fermement dans la foi. J’ai beaucoup apprécié l’entrée esthétique qui rejoint ma sensibilité. Elle permet à tous de s’accrocher à l’histoire biblique et de s’exprimer en groupe, sans craindre de dénoter à cause de ses résistances ou de ses manques de connaissances. J’ai été en même temps comblée intellectuellement par la perspective historique qu’offre cette catéchèse. Pour moi, elle permet l’espérance en l’avenir de Dieu.

Jennifer Bartoloni, de Montpellier

 

Nous venons de clôturer ces deux années très denses et très riches quant à la formation en Bible-histoire et théologie, et grâce aux échanges entre étudiants. Des montages audio-visuels nous ont fait découvrir que l’histoire du Peuple de Dieu rejoint notre propre histoire et nous enseigne sur le sens de notre vie. Emerveillements, questionnements et intériorisation de la Parole, par la prière, le partage et la joie de la découverte, ont jalonné cette formation…que nous sommes invitées à approfondir pour pouvoir partager avec nos frères.

Simone Blet de Carcassonne 

 

Deux années qui m’ont permis de découvrir peu à peu et avec émerveillement ce que Mess’AJE peut nous apporter à tous, quel que soit notre niveau, notre parcours de vie et de foi. J’ai apprécié la méthode qui permet de faire avancer vers le Seigneur avec des outils si particuliers, qui peuvent paraitre simples, mais qui sont d’une « redoutable » efficacité. Apprendre dans les échecs et les difficultés, l’humilité pour accepter les avis des autres. Avec la joie de participer ensemble, en binôme, aux interventions : savoir que l’on n’est pas seule face aux autres. Découverte aussi que d’un ensemble de personnes, inconnues et diverses, nous avons pu former un groupe soudé et complice.

Véronique Olguin de Lézignan-Corbieres

 

Ce que m’ont apporté ces 2 années : une meilleure connaissance de l ‘Ecriture. La théologie est pour moi difficile…A côté des apports théoriques et scientifiques, les partages sont importants : ils nous apportent une évangélisation mutuelle par notre vécu et notre ressenti, et la Prière insère dans le cœur tout ce que l’esprit a reçu. Nous venions tous d’horizons différents et au cours de ces 2 années des liens fraternels se sont tissés entre nous, nous avons constitué une petite cellule d’Eglise : ce dernier élément est important, je pense qu’on ne vient pas à Mess’AJE comme on va à l’université, mais plutôt pour « faire Eglise »…    Michel Vieules de Lézignan-Corbières
J’ai découvert la catéchèse Mess’AJA en 2004. Elle m’a permis d’éveiller à la Vie tout ce qui avait été déposé en moi à mon Baptême en donnant du sens à une vie qui n’en avait pas. Je suis convaincue qu’elle porte une capacité à rejoindre les personnes de tous les temps en recherche de sens d’une vie plus humaine et humanisante dans un monde qui perd pied et qui s’éloigne de sa source.

Sylvie Frachon de Dordogne