Homélie de Mgr Pierre-Marie Carré pour la Confirmation Diocésaine des Adultes.

Cathédrale saint Pierre de Montpellier, 05 juin 2022

La fête de la Pentecôte nous montre ce qu’est l’Eglise dans son être le plus profond, une assemblée humaine transformée par l’Esprit de Dieu. A Jérusalem, les disciples de Jésus étaient entre eux, enfermés ; ils avaient peur. Ils priaient et attendaient que se réalise la promesse de Jésus sans savoir exactement ce qu’elle allait entraîner comme conséquence dans leur vie. L’Esprit Saint vient sur eux et les voilà changés par son action : Il leur donne de parler et de se faire comprendre par tous ceux qui étaient présents, en pèlerinage à Jérusalem. Chacun entend annoncer la Bonne Nouvelle qu’est l’Evangile dans sa propre langue !
Notre célébration de la confirmation de ce jour s’inscrit dans cette même ligne. Nous sommes rassemblés pour célébrer le don de l’Esprit Saint à tous ceux qui vont être confirmés, ils sont plus d’une centaine en ce jour. Il y a davantage : cette confirmation est l’occasion unique qui est donnée à chacun des confirmés, qu’il soit fidèle laïc, consacré(e), diacre, prêtre ou évêque, de raviver en lui le don qui lui a été fait un jour. Oui, frères et sœurs, ouvrons nos cœurs à l’action de l’Esprit Saint car, sans lui, nos actions restent purement humaines. Vous connaissez certainement ce beau texte venu d’un évêque de l’Orient.
« Sans l’Esprit Saint, Dieu est loin, le Christ reste dans le passé, l’Evangile est une lettre morte, l’Eglise une organisation, l’autorité, une domination ; la mission devient de la propagande, le culte chrétien, une évocation du passé, et la vie chrétienne, une morale d’esclaves.
Mais avec l’Esprit Saint le cosmos tout entier gémit dans l’attente du Royaume de Dieu ; le Christ ressuscité est présent, l’Evangile devient puissance de vie, l’Eglise signifie la communion qui se réalise dans la Sainte Trinité ; l’autorité devient un service libérateur, la mission est une nouvelle Pentecôte, la liturgie devient l’anticipation des promesses de Dieu, l’agir humain est déifié ».
Chacun de nous pourrait reprendre avec son expérience personnelle et ses propres mots ce qu’il perçoit de la présence de l’Esprit Saint en lui et ce qui se passe lorsqu’il agit en dehors de l’Esprit de Dieu.
En lisant les lettres par lesquelles vous présentez votre parcours humain et spirituel et demandez à recevoir le sacrement de la confirmation, j’ai été très sensible à l’action de l’Esprit Saint qui s’y manifeste, car Il agit de multiples manières dans notre monde et dans nos vies.
Après le récit de la Pentecôte, nous avons entendu une méditation de saint Paul. Il faudrait pouvoir commenter plus longuement ce texte pour bien saisir la pensée de Paul ; je me contenterai de relever quelques insistances de ce passage.
« L’Esprit de Dieu habite en nous ». Il ne faut pas le chercher loin, au-dehors, alors qu’Il est présent en nous, au-dedans. Que faire pour le rencontrer ? Il faut rentrer en soi-même et ne pas se contenter de vivre à la surface des choses et se laisser prendre par les évènements. C’est en apprenant à s’arrêter, à se taire, que l’on peut percevoir que c’est l’Esprit de Dieu qui nous anime en profondeur. Je cite ce qui a été écrit dans l’une de vos lettres. « J’espère qu’en ce jour de ma confirmation, le Saint Esprit prendra toute sa place en moi, qu’Il sera ma force et ma lumière ».
« Ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu ». Il ne suffit pas de se dire chrétien ni de se dire confirmé. Ce qui compte, c’est de vivre ce que l’on est, de prendre au sérieux l’Evangile et de permettre au don de l’Esprit Saint de se déployer en nous. Car, nous le savons, il n’y a pas que l’Esprit de Dieu à l’œuvre, il y a aussi l’Esprit du mal (ce que saint Paul appelle “la chair“) qui s’y oppose et nous attire vers ce qui est mal, ce qui détruit les relations et nous replie sur nous-mêmes. Je vous cite encore : « Pendant le temps du Carême, je me suis rendu compte de l’importance de Dieu dans ma vie. C’est pour poursuivre ce chemin de conversion que je demande la confirmation ».

« C’est l’Esprit Saint qui atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu ». C’est Lui qui nous permet de croire et d’exprimer notre foi. Je vous cite : « La foi est donnée par Dieu. Elle m’a été donnée d’un coup au bout d’un long et caillouteux chemin. D’un coup, d’un seul, j’ai cru ».
« C’est l’Esprit Saint qui nous permet de prier notre Père du ciel » comme l’a fait Jésus « en l’appelant ”Père”, ”Abba” » dans la langue de Jésus. Je vous cite : « Chez moi, j’organise un coin prière. J’allume une bougie, je prends plaisir à méditer, à prier, à lire des passages de la Bible. Je découvre enfin ce qu’est l’Esprit Saint. Il peut tout changer si on le laisse se déployer dans nos vies ».
Gardons en nous la promesse de Jésus : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure ». Tout est donné ; il nous revient de nous y livrer.
Que l’Esprit Saint qui a transformé les Apôtres au jour de la Pentecôte nous renouvelle tous en ce jour !

Mgr Pierre-Marie Carré
Archevêque de Montpellier