Vendredi 23 février 2018 : journée de prière  et de jeûne pour la paix dans les pays en conflits, particulièrement en RDCongo et au Soudan du Sud  (Pape François) : https://fr.zenit.org/articles/le-pape-invite-a-une-journee-de-priere-et-de-jeune-pour-la-paix-le-23-fevrier/Faisant suite à l’inquiétude de la crise socio-politique en République Démocratique du Congo (Rdcongo) devenant de plus en plus préoccupante, inquiétude exprimée par le pape François à l’angélus du dimanche 21 Janvier 2018, le Saint Père, à l’angélus du 04 février 2018, a invité les fidèles catholiques et non catholiques à une Journée de prière et de jeûne pour la paix dans le monde en conflits le vendredi 23 février 2018. Il a fait cette annonce en ces termes : « Face à la poursuite tragique de situations de conflit dans divers endroits du monde, j’invite tous les fidèles à une Journée spéciale de prière et de jeûne pour la paix, le 23 février prochain, vendredi de la première semaine de carême». Cette invitation à la prière et au jeûne a été relancée à l’angélus du 11 février 2018 quand le pape François saluait  la communauté congolaise de Rome et s’est uni à sa prière pour la paix de la RDCongo (https://fr.zenit.org/articles/rdc-le-pape-sassocie-aux-prieres-pour-la-paix/).  En effet la RDCongo et le Soudans du Sud qui traversent des crises socio-politiques récurrentes, ont grandement besoin de notre prière.Selon les indications de la Conférence Episcopale Nationale de la RDCongo (CENCO), la prière de ce vendredi 23 février 2018 peut prendre plusieurs formes : Prière de la liturgie des heures, Messe pour la paix et la justice, Adoration Eucharistique, prière de l’Angélus, prière du chapelet (Mystères douloureux), Chemin de croix, etc (Cfr Note de la CENCO en rapport avec la séquence indicative de la journée du 23 février). Que ce temps de Carême soit un moment favorable pour la conversion des cœurs et l’engagement pour la paix et le développement intégral de notre monde. Comme nous l’a rappelé notre Pape François : « Notre Père céleste écoute toujours ses enfants qui crient vers Lui dans la douleur et dans l’angoisse, « il guérit les cœurs brisés et soigne leurs blessures » (Ps 146,3). J’adresse, continue-t-il,  un appel insistant pour que nous aussi nous écoutions ce cri et, que chacun, en conscience, devant Dieu, nous nous demandions : “Que puis-je faire moi-même pour la paix ?”. »« Nous pouvons certainement prier, indique-t-il ; mais pas seulement, a insisté le pape : chacun peut dire concrètement “non” à la violence pour ce qui dépend de lui ou d’elle. Car les victoires obtenues par la violence sont de fausses victoires ; tandis que travailler pour la paix fait du bien à tous ! » (https://fr.zenit.org/articles/le-pape-invite-a-une-journee-de-priere-et-de-jeune-pour-la-paix-le-23-fevrier/)Nous vous souhaitons une pieuse prière et un bon jeûne pour la paix dans le monde.Pour le service diocésain de la coopération missionnaire et du comité de jumelage avec le Mali,

Abbé Jean-Marie PALUKU KAHISIRYO