Ordination épiscopale de Mgr Alain GUELLEC, évêque auxiliaire de Montpellier

En la cathédrale de Montpellier, dimanche 7 juillet 2019

Homélie de Mgr Pierre-Marie Carré


La première chose qui est demandée à un évêque, c’est d’être un homme de foi. A la suite des Apôtres et de toutes celles et ceux que le Seigneur a appelés pour les envoyer en mission, comme ce fut le cas des 72 disciples dans l’évangile qui vient d’être proclamé, l’évêque est d’abord quelqu’un qui fait confiance au Christ : il peut dire : je sais en qui j’ai mis ma foi.

Nous venons de l’entendre, Jésus ne cache pas aux disciples ce qui les attend : la mission est lourde, très prenante car les ouvriers à la moisson ne sont pas assez nombreux. De plus, la mission est dangereuse, les envoyés sont comparés à des agneaux au milieu des loups. Jésus les envoie avec des indications sur la manière de répondre à ces défis. Il dit :

  • Si la mission est trop lourde, ne cherchez pas à l’aménager, à vous rassurer en prenant les moyens du monde, mais priez le maître de la moisson. C’est lui, le patron ! Il sait bien les besoins qui se manifestent. Adressez-vous à lui avec insistance. Oui, frères et sœurs, prions à cette intention.
  • Si la mission est dangereuse, n’y répondez pas en enfermant les agneaux, et encore moins en les rendant féroces comme des loups. C’est avec la seule force de la Parole de Dieu qu’ils accompliront leur mission.

Nous accueillons ce soir avec reconnaissance celui qui nous est envoyé au nom du Seigneur pour être associé à ma mission au sein de notre Eglise diocésaine. Avec lui, nous ferons route dans la confiance, portés par la force de l’Evangile.

Tout à l’heure, le geste qui accompagnera la prière d’ordination nous le montrera : le livre des Evangiles sera tenu ouvert au-dessus de notre frère Alain. Cela signifie que désormais sa vie et sa mission seront placées sous l’action de l’Evangile qu’il aura à annoncer, mais aussi à méditer sans cesse.

Le passage d’évangile insiste fortement sur la manière dont les disciples envoyés par Jésus devront se comporter : ils sont appelés à se faire proches de ceux auxquels ils sont envoyés. Le message à annoncer réside en peu de mots « le Royaume de Dieu s’est approché de vous ». Le comportement ne doit pas dire autre chose ou le contraire, mais être en parfaite harmonie avec ce qui est annoncé.

Nous mesurons aujourd’hui combien nous nous sentons démunis et faibles devant la mission qui nous attend. Nous accueillons avec joie un nouvel évêque avec son ardeur et son expérience, son désir de servir le Peuple de Dieu auquel il est envoyé. Un breton saura bien servir les languedociens, n’est-ce pas ?

L’évêque est particulièrement impliqué dans tout ce qui concerne la vie de l’Eglise. Sa mission ne se résume pas à l’animation des communautés existantes. Comme les envoyés de Jésus, il est conduit vers tous. C’est un ministère de relations qu’il doit exercer.

Les disciples ne sont pas envoyés seuls par Jésus, mais deux par deux. C’est par là que commence la mission. Il est indispensable que les deux envoyés se soutiennent, se stimulent, soient comme des frères animés d’une estime réciproque.  Comment vivre une telle mission sans prière, sans partage réel ? Alain, il nous faut être ces envoyés assurant le même ministère dans notre diocèse !

Jésus présente à ses disciples ce qui peut leur arriver : ils pourront être bien reçus et leur prédication pourra être entendue. C’est d’ailleurs ce qu’ils rapportent à Jésus quand ils reviennent de mission. Mais ils pourront aussi n’être ni reçus ni entendus. Des tentations nous guettent dans l’une ou l’autre circonstance : celle de croire que le succès vient de nous. Jésus indique à ses disciples : « réjouissez-vous de ce que vos noms sont inscrits dans les cieux ». Voilà la perspective qui compte : c’est pour le Seigneur que nous voulons agir. Il existe aussi une autre tentation, celle qui consiste à se décourager devant les échecs et les difficultés qui surviennent. Jésus déclare alors simplement qu’il faut poursuivre sa route, c’est-à-dire la mission.

Cher Alain, tous les évêques présents peuvent le dire : le ministère épiscopal est passionnant. Il est parfois pesant et il peut paraître crucifiant tant nous sommes pressés de faire connaître le Christ avec des moyens limités. Mais l’évêque est soutenu par la prière de son diocèse : ce n’est pas pour rien que le nom de l’évêque est cité lors de chaque prière eucharistique. Nous savons surtout que l’évêque tient sa force de la grâce de l’ordination épiscopale. Le Seigneur soutient du souffle de son Esprit celui à qui il confie une mission.

Qu’il soutienne notre frère Alain tout au long de son ministère ! Amen.