Diacres_04.jpg

"Fraternité diaconale au service d'une Eglise communion de disciples"

Le 30 novembre 2019, animée par Régis Huguet, en trois topos et trois temps de carrefours, avec Laudes et Vêpres de la Saint André.

UN DIACONAT QUI FAIT SIGNE

"L’Église maison témoin" d’un salut pour tous : dans un département où les constructions fleurissent, cette image parle. Qu’en méditant Lumen Gentium, nous puissions, année après année, redécouvrir et témoigner en vérité d’une "l’Église en quelque sorte sacrement du salut". Car Jésus-Christ reste bien La Lumière des Nations ; Il est le Sacrement et le Visage parfait d’un Dieu Père qui n’a de cesse de vouloir faire participer tout homme à sa propre vie et rassembler toute l’humanité au sein d’une seule fratrie.

Le diaconat rappelle à temps et à contretemps ce qu’est l’Église pour Dieu et pour le monde : tout comme le Christ, l’envoyé du Père, l’Église se fait servante et témoin d’une charité qui ne vient pas d’elle et qui remet l’Homme debout.

L’Église, sacrement du Royaume nous invite à rejoindre le combat mené par le Christ aux côtés des hommes pour que l’espérance l’emporte sur la désespérance pour que la Vie l’emporte sur les puissances de mort.

UN DIACONAT QUI SE REÇOIT D’UNE FRATERNITE

Après le bâtiment, nous sommes passés à l’agriculture avec la parabole du semeur qui nous remet devant un Dieu semant abondamment dans le cœur de tous les hommes, et ce terreau fraternel capable de se laisser féconder avec bonheur par la Parole afin de produire du fruit pour nourrir le monde d’une espérance qui rassasie.

Une invitation pressante à passer d’une vie d’équipe au témoignage d’une fraternité ecclésiale et missionnaire : nous ne pouvons faire signe qu’avec nos frères et au sein d’une fraternité active ; "car c’est à l’amour que nous aurons les uns pour les autres qu’on nous reconnaîtra comme disciples du Christ" nous dit St Jean dans son Évangile (Jn 13).

Avec "sourire" nous nous sommes fait rappeler la fameuse devise "Un pour tous, tous pour un" qui traduit la vocation d’Israël et de l’Église : un peuple choisi en vue de la manifestation du projet de Dieu pour tous les hommes afin que tous ne fassent plus qu’un en Dieu.

Dans notre Église particulière (notre diocèse), nous, les diacres, sommes ordonnés pour le bien de tous, et au service de la communion.

Que nous puissions devenir ensemble, comme St Paul, ces passionnés du Christ et ces grands brûlés de l’Évangile.

Diacres_01.jpg

ENJEUX SPIRITUELS ET MISSIONNAIRES DE LA RECEPTION DE L’ORIENTATION DIOCESAINE

Là où nous nous attendions finalement à passer enfin à l’action, voici qu’on s’entend dire que "Tout acte missionnaire est d’abord contemplatif" : le Christ nous exhorte d’abord à accuser réception que la moisson est abondante et que nous, les ouvriers, ne serons jamais assez nombreux pour tout récolter (Luc 10).

Il nous faut d’abord dire merci pour cette abondante moisson et prier le maître de cette moisson avant de nous mettre, comme notre Seigneur, "en sortie" et passer à table et servir ; c’est ainsi qu’on évangélise et que l’on favorise la rencontre avec Celui qui vient, le Prince de la Paix.

Oui, le service des tables, ça nous connaît, nous les diacres, non ? Alors, priez pour nous afin que notre fraternité diaconale puisse croître et se fortifier, afin qu’elle devienne vraiment le signe vivant d’un Dieu qui vient s’asseoir à notre table, partager notre condition, nous rassasier de sa Parole et prendre soin de nous.

Oui, que nous devenions signe d’une Église qui se fait plus que jamais, le prochain de tout homme et en particulier des plus fragiles.

François Leheup, diacre.

Diacres_02.jpg