Imprimer

Homélie de Mgr Pierre-Marie Carré pour la fête de la Pentecôte
Cathédrale Saint-Pierre de Montpellier, 31 mai 2020

 

Pourquoi l’Esprit Saint vient-il sur la petite communauté des disciples de Jésus au matin de la Pentecôte ? Pourquoi célébrons-nous cette fête 2000 ans après ? On voit bien ce que réalise l’Esprit Saint chez les disciples de Jésus, transformant des peureux, repliés sur eux-mêmes, confinés au Cénacle, en des témoins ardents à parler du Christ ressuscité et pouvant être entendus par des gens parlant d’autres langues.

Finalement, que vient réaliser l’Esprit Saint ? Il donne de pouvoir vivre vraiment l’Evangile. C’était vrai le jour de la Pentecôte à Jérusalem. Aujourd’hui encore, c’est l’Esprit Saint qui vient nous transformer et renouveler notre Eglise. Il vient agir en chacun de nous.

La Bible nous présente l’Esprit Saint en utilisant des images telles que le feu ou le vent. Nous savons qu’il n’est pas facile de donner une définition concrète du feu ou du vent, mais nous percevons sans aucune peine si le vent souffle ou non et si le feu chauffe ou non. Il en est de même pour l’Esprit Saint. C’est par son action et ses effets que nous découvrons qui il est et ce qu’est son action. A partir du livre d’Isaïe, on parle des 7 dons de l’Esprit Saint. Il s’agit de dons spirituels (intelligence, conseil, sagesse, science, piété, force et crainte de Dieu), qui sont les manifestations de son action dans les cœurs. St Paul de son côté parle des fruits de l’Esprit : amour, joie, paix, douceur, patience, maîtrise de soi. Il s’agit plutôt ici de de l’action de l’Esprit Saint dans le cadre des relations humaines. L’un ne remplace pas l’autre.

L’Esprit Saint donne à chacun et à l’Eglise ce qu’il faut au moment opportun. Alors, qu’allons-nous lui demander cette année ?

§ Sans doute le courage et la force ! L’épidémie et ses suites difficiles ont semé de la peur chez beaucoup de personnes. Le fait d’être masqués et d’adopter des gestes barrière met une distance avec les autres et suscite comme un malaise. Que l’Esprit d’amour nous donne de nous regarder non pas comme des menaces, mais comme des frères à découvrir au-delà des masques.

§ L’irruption du virus a stoppé net la course de notre monde et celles de nos vies tellement remplies d’une foule de choses. D’un jour à l’autre, nous avons été renvoyés à des choses simples. On ne peut pas constamment courir pour avoir davantage, consommer plus. Peut-être avons-nous commencé insensiblement à contempler la nature plutôt qu’à la consommer ? L’Esprit Saint est précisément celui qui nous permet de ne pas vivre à la surface des choses, mais en fait percevoir la profondeur.

§ Nous n’avons pas pu nous réunir dans les églises pour célébrer la semaine Sainte et Pâques, ni nous rassembler pendant beaucoup de dimanches. Mais l’Esprit Saint nous a rendus inventifs. Il nous a aussi mieux fait découvrir que l’on peut rencontrer notre Dieu en lisant les Saintes Ecritures, en priant en famille. Il nous a fait percevoir que le Christ est réellement avec nous.

Tout cela n’est pas venu facilement, certes ! Il nous a fallu prendre sur nous-mêmes, ne pas se laisser aller, savoir faire des choix, lutter parfois, et j’en passe. Mais l’Esprit Saint était présent car il est actif et nous soutient dans le combat spirituel qu’il nous faut mener chaque jour.

§ Ces semaines ont permis de nous ouvrir à d’autres. De les soutenir à notre manière, en applaudissant et en priant pour les soignants engagés dans un rude combat. De nous unir à ceux qui ont été touchés par la mort d’un proche et qui n’ont pas pu l’accompagner comme ils l’auraient désiré ; de nous associer à toutes les personnes qui avaient des projets - se marier, être confirmé - qu’ils n’ont pas pu réaliser.

§ Ces semaines ont été très dures pour certains, isolés et sans relations, sans travail et sans ressources. C’est maintenant que notre cœur et nos mains sont appelés à s’ouvrir aux besoins des autres. Que l’Esprit d’amour nous rende généreux !

§ Comment enfin ne pas oublier toutes les personnes qui ont été à notre service, et qui le sont toujours : les élus, les commerçants et les employés de supermarchés, tant d’autres, souvent de manière cachée ou peu visible, qui ont permis à notre société de poursuivre sa route ?

L’Esprit Saint veut nous rendre attentifs aux autres ! Qu’il soutienne notre bonne volonté et la rende active. Il n’a pas de mains mais il attend que nous lui présentions les nôtres. Alors son action pourra se déployer.

Nous sommes heureux de nous retrouver en ce jour à la cathédrale, avec tous les aménagements qui ont été nécessaires pour fêter la Pentecôte. N’oublions pas que l’Esprit Saint a fait sortir les Apôtres de la salle où ils étaient pour porter la bonne nouvelle à d’autres. Au cours de cette messe, nous recevons la force de la présence du Christ, la joie de l’Esprit Saint, l’amitié et le soutien de la communauté chrétienne. Ce n’est pas pour en profiter tranquillement, mais pour être témoins et acteurs dans la vie quotidienne.


 

+ Pierre-Marie Carré
Archevêque de Montpellier