Le samedi 5 décembre, à 19h30 (GMT), les églises de Bethléem sonneront leurs cloches pour la paix ; toutes les églises du monde sont invitées à se joindre à l'événement.

basilique nativite bethleem
Une manifestation mêlant drapeaux palestiniens, français et libanais, le 14 novembre 2015, devant la basilique de la Nativité à Bethléem - EPA

L'Eglise est entrée en Avent, temps liturgique de l'attente préparant à la naissance du Christ ; et comme chaque année, les regards se tournent vers Bethléem, ville de l'Incarnation, où les préparatifs en vue de la fête de Noël vont bon train.

Eu égard au climat général qui prévaut actuellement en Terre Sainte, la municipalité de Bethléem a décidé de maintenir le calendrier des événements prévus, mais d'y apporter quelques changements. Ainsi, le traditionnel repas suivant l'illumination du sapin, Place de la Mangeoire, est annulé ; les décorations seront moins nombreuses, les divers concerts initialement prévus n'auront pas lieu. «Bethléem reste la ville de la paix, affirme Vera Baboun, maire de la ville, et à l'approche de Noël, nous devons prier plus que jamais pour cette paix». Et comme pour signifier ce désir de paix, de justice et de dignité, les cloches de Bethléem sonneront à toute volée samedi 5 décembre, à 19h30 (GMT) après l'illumination de l'arbre de Noël, au lieu du traditionnel feu d'artifice.

Une prière, un geste symbolique auxquels toutes les églises du monde sont invitées à participer