Lundi matin, le soleil est revenu ; au 138, rue Elie Wiesel tout est calme. Quel contraste avec la journée de samedi !

L1050143La fête inaugurale a laissé des traces sur le sol et sur les meubles. Faire le ménage devient relecture. Les tâches de confiture sur le sol de la salle à manger … c'est ici que les jeunes de CAP'J et les étudiants ont servi les crêpes aux convives tout au long de l'après-midi. Les marques au sol signent le passage de la foule nombreuse venue partagée ce moment festif. Un jeton oublié sous le canapé témoigne du plaisir simple partagé autour de jeux. Les ballons éparpillés, les plateaux dans la cuisine rappellent le temps des préparatifs toute la semaine et l'énergie joyeuse de l'équipe.

Dans un bocal, des feuillets sur lesquels ont été notés les prénoms de tous ceux qui ont donné de leur temps, de leur argent, des meubles et objets utiles expriment tout l’enthousiasme que ce projet suscite. La cire fondue renvoie au temps de prière improvisé au terme de la journée pour remercier Dieu de tout ce que nous avions reçu.

Des musiques résonnent … les chants au moment de la bénédiction, le voyage musical à Madagascar offert par Line et Coco, la petite chorale improvisée au cœur de l'après-midi.

Des visages apparaissent alors... ceux des enfants qui ont inauguré la maison en carton de Fabienne ; la voisine syrienne venue offrir un gâteau ; les amisL1050171 d'ATD Quart Monde et de la Halte Solidarité, les curés, actuel et anciens et les nombreux paroissiens ... jeunes et personnes âgées, riches et pauvres, bien portants et malades, gens du pays et étrangers, … tous divers, réunis pour bénir cette maison... Il y avait là comme un air de Pentecôte.

La maison a été bien bénie … par la prière de la foule guidée par notre Évêque, par la pluie persistante, par la joie partagée.

Je me souviens alors de deux paroles confiées par des membres de l'équipe :

les jeunes en cuisine« Nous nous souviendrons de cette journée ! ». En effet, cette journée jalonne notre chemin et préfigure ce que nous allons sans doute vivre en ce lieu.

« Samedi, c'était le temps de l’embarquement ; le bateau est prêt à prendre le large ! »

C’est maintenant que l'aventure démarre... avec la promesse de belles rencontres.

Ce matin, en essuyant les chaises, résonnent ces mots : « Avance en eau profonde ! »

Alors, finissons d'embarquer ! Larguons les amarres !

Véronique ANGEVAIN

30422478137 6e34c0a1c3 z
La visite pastorale de Monseigneur Pierre-Marie
Carré fût une immersion dans la pastorale du quotidien de notre paroisse aux cinq clochers, sur le territoire des communes de Castelnau le lez, Jacou, le Cres et Clapiers, plus de 40000 habitants. Notre archevêque voulait vérifier et discerner avec nous si notre paroisse était en état de Mission. Il a joué le jeu des rencontres et des déplacements de 9h à 23h chaque jour, sans qu’il ait eu le temps de consulter longuement son Iphone. Nous avons donc eu le privilège de l’avoir trois jours chez nous, pour nous.

Vendredi matin à 8h30, église du Cres : Une trentaine de paroissiens ont pu partager leur joie de pouvoir prier tous les samedi soir dans leur église, une communauté de 80 personnes issues du vieux village. Comment rejoindre les 9000 habitants des nouveaux quartiers, les quelques chrétiens qui y vivent ont choisi souvent une paroisse d’élection ailleurs et la proximité territoriale nécessaire à la vie paroissiale est difficile à imaginer et à vivre. Un maillage humain de proximité est à promouvoir mais avec qu’elles forces pastorales ? Sommes nous condamnés à renoncer à une proximité territoriale avec le risque de nous adresser uniquement aux convaincus et en oubliant nos voisins ? Ces anciennes paroisses qui se sentent abandonnées sont une réalité douloureuse pour certains. Le monde change, l’Église aussi. Tisser les bons liens avec la grande paroisse doit permettre une pastorale en tension : une présence au plus prés du terrain et un centre ressource de dynamisme humain et ecclésial. Rien n’est possible sans les disciples missionnaires laïcs de nos villages ! Si ils répondent présents, comment nous nous encourageons à l’action ? Dans une paroisse sans institution catholique, sans aucun religieux ou religieuse le défi est grand, trop grand ? À l’avenir une communauté religieuse peut elle venir nous y entrainer ?

Après ce temps serein au Cres, malgré la situation pastorale difficile, les deux prêtres et deux diacres de la paroisse ont partagé précisément les richesses et les difficultés de leur ministère. Comment envisager l’avenir avec les mutations futures et un territoire qui pourrait encore s’agrandir à l’avenir. Comment accueillir le nouveau clergé diocésain venu des terres lointaines, formé dans le cadre d’un séminaire international du chemin néo-catéchuménal ?

31487022358 27af409468 z

La greffe peut elle prendre et le service de la Mission paroissiale assurée avec harmonie ? Cette fraternité cléricale paroissiale s’est élargie aux épouses des diacres, lors du repas partagé, comme nous en avons pris l’habitude chaque mois.

L’après midi les équipes de partages bibliques des paroisses de notre secteur, (paroisses Cathédrale, Sainte Bernadette, Saint Luc en Garrigues) étaient convoquées par l’archevêque pour un temps de bilan et lancer les nouvelles équipes, cette année avec saint Paul. L’archevêque nous a gratifié d’une belle Lectio divina sur le passage évangélique des Noces de Cana.

Des équipes de solidarité paroissiales ont pris le relais afin de faire partager à notre évêque leur goût de la charité. Cette charité est tournée chez nous vers les refugiés, les sans domiciles fixes, les jeunes mamans isolées, les personnes âgées seules et des pauvretés de toutes sortes. Ensemble nous devons faire face au vieillissement des bénévoles et dans la dynamique du projet paroissial, fédérer nos forces et nos idées pour que la diaconie paroissiale puisse prendre toute sa place et sa pertinence dans la vie communautaire et sociale.

Le soir les jeunes lycéens de l’aumônerie « l’Ancre » puis leurs animateurs ont pu partager leurs aspirations et témoigner de leur vie en Église dans le cadre de l’aumônerie. Un jeune surpris par les questions de l’évêque confiait après la soirée … « cela ressemblait à une inspection »… Des approfondissements seront donc nécessaires.

Samedi matin 9H30 office à l’église romane saint Jean de Castelnau le lez puis rencontre avec l’équipe d’animation pastorale. Une équipe heureuse de sa fraternité vécue dans la coresponsabilité pour la mission. L’EAP se sent soutenue par un dynamisme communautaire paroissial certain. Une réflexion sur les rythmes communautaires plus adaptés à notre vie sociale et à tous les âges se cherche. Il nous faut investir autrement qu’avec le seul culte le jour ou le we du Seigneur ! L’EAP est cependant soucieuse de nos fragilités et de la nécessité d’envisager l’avenir avec la nouvelle génération. Sans langue de bois, est il possible d’avoir des stratégies d’alliances pastorales au service du dynamisme missionnaire de nos paroisses en secteur ou doit on se résoudre au laisser faire et laisser aller actuel ? Qu’elle est la vision de la communion ecclésiale pour la mission sur la métropole de Montpellier ?

Le repas du samedi midi avec les quatre maires a permis à nos élus de partager quelques unes de leurs préoccupations. Je note cette difficulté du logement social confronté à l’évolution des modèles familiaux et leur reconnaissance pour le travail éducatif de l’aumônerie ou des scouts auprès des jeunes. L’Église est actrice dans la cité, elle est reconnaissante aux maires de leur engagement au service du bien commun. Les élus attendent de notre part une parole d’espérance qui puisse s’adresser aussi à tous ! Comment tenir les grands principes de la foi, respect de la vie par exemple, sans que les personnes extérieures se sentent stigmatisées ou jugées par l’Église ?

Plus tard des chrétiens engagés dans les divers services de la paroisse ont témoignés de la joie procurée par leur mission. Ils ont évoqué des difficultés à élargir le cercle des pratiquants habituels ou ponctuels. Une écoute toujours plus performante devient une nécessité et des démarches catéchumènales ciblées indispensables pour accompagner la diversité des demandes, à tous les âges de la vie. Qu’elles initiatives pourraient rejoindre ceux qui ne viennent pas frapper à notre porte ?

43546403830 38277f2622 z
Un petit tour en voiture pour rencontrer quelques chefs du groupe scout et guide de France au domaine de Viviers à Jacou. Assis en rond sur des rondins en bois, des étudiants chefs scouts ont partagés avec passion leurs engagements et les enjeux de l’évangélisation dans le cadre scout avec notre archevêque : Puissance de l’engagement des jeunes au service des autres jeunes, difficultés à se sentir appartenir à la grande Église !

18h30, messe paroissiale présidée par l’archevêque suivi d’un repas pris à proximité, avec neufs SDF hébergés dans un local paroissial pour la nuit, grâce à l’association CABAN. De 22 ans à 74 ans une parcelle de l’humanité exclue et souffrante dans nos rues, une fraternité vécue autour de la table. C’était simple, chaleureux, beau, merci à eux.

21h au presbytère, des chrétiens de la paroisse de tous les âges, séparés ou divorcés remariés, un jeune couple homosexuel, ont librement discutés avec notre archevêque. Comment vivre sa foi de chrétiens dans des situations de vie qui ne sont pas dans « les clous » de la loi habituelle de l’Église. Riches témoignages de vie, encouragement à chacun à persévérer dans leurs désirs de vivre leur foi, ouverture institutionnelle à une réintégration par la communion promue par « Amor et Laetitia » : (Accueil inconditionnel, temps du discernement, Intégration). Lorsque les exigences évangéliques ne sont plus perçues comme une exclusion des personnes mais un idéal qui ne doit pas nous priver d’un cheminement avec le Christ en Église … Une Église de pécheurs pardonnés, c’es45311802392 5652186e41 zt du bonheur partagé.

 

Dimanche 9H15, déjeuner avec notre nouvelle pasteure Claire Oberkampf. Des nouvelles du centre œcuménisme de Jacou, des projets de prière ensemble. Une préoccupation pastorale d’accompagnement des couples mixtes. Notre centre œcuménique essaie de vivre jour après jour l’utopie œcuménique au service de la conversion mutuelle de nos Églises respectives. Enfin, notre archevêque va vivre jusqu’au bout le stress du prêtre de paroisse qui doit célébrer deux messes à la suite le dimanche matin. À Jacou avec la messe des familles, qui sera suivie d’une catéchèse Mystagogique sur le sens de la messe s’adressant aux parents. Avec les jeunes de l’aumônerie l’Ancre qui animaient la messe paroissiale de Saint Vincent à Castelnau le lez. Notre archevêque lors de son homélie nous rappelait le fondement spirituel de l’Église, c’est le Christ qui bâtit son église ... La visite pastorale nous aidait à comprendre que cela ne peut se faire sans nous, sans nos mains, nos pieds, notre intelligence, nos choix, notre engagement, notre persévérance et notre foi. Nous attendons désormais les conclusions épiscopales de la visite pastorale. Nous accueillerons le samedi 9 février notre archevêque et les EAP de notre secteur. Et si notre secteur devenait un lieu d’alliances pour la Mission ?

Père Luc Jourdan
Curé de la paroisse
 

L'occasion d'une rencontre de secteur des groupes bibliques.

Depuis son arrivée dans le diocèse de Montpellier, notre évêque, Mgr Pierre-Marie Carré, a proposé aux chrétiens de l’Hérault, de prendre le temps de partager régulièrement leur foi autour de la Parole en s’appuyant sur un petit livret rédigé par ses soins pendant l’été. 

C’est ainsi que depuis septembre 2011, chaque année pastorale est soutenue par la lecture d’un livre ou auteur biblique en particulier. Plus de 500 groupes se sont constitués en petites fraternités qui ont appris à « Faire route ensemble avec St Marc », puis « Faire route avec St Luc », et avec « les Actes de apôtres, faire route avec l’Eglise », puis de se mettre « A l’écoute des psaumes » et dernièrement « Avec St Jean, rencontrer le Christ ».

Pour cet rentrée pastorale 2018, une nouveauté : permettre tout d’abord pour la première fois à ces groupes de se rencontrer et de vivre avec Mgr Carré, un temps fort de relecture, de partage et d’action de grâce pour tout le chemin de foi parcouru en fraternité autour de la Parole. Une rencontre a ainsi été organisée dans chaque secteur missionnaire. Trois rencontres ont déjà eu lieu pour 3 grands secteurs missionnaires (Béziers, Clermont l’Hérault, Montpellier Nord).

Quelques actions de grâce entendues dans la bouche des participants :

 « Nous te rendons grâce Seigneur pour l’amitié, et la confiance qui, dans notre groupe, ont permis à chacun, dans le respect de tous, d’approfondir la connaissance de ta Parole. Merci pour ces rencontres qui nous ont donné d’accueillir dans la périphérie, un chercheur de Dieu »

 « Seigneur, nous te rendons grâce de nous avoir permis de nous rencontrer autour de ta Parole qui nous fait grandir dans la confiance mutuelle. Les échanges autour de ces textes parfois difficiles, nous aident à avancer dans notre foi personnelle. »

 « Merci Seigneur pour ce partage de ta Parole. Tu nous invites à nous écouter, à partager nos vies dans le respect de nos différences. Merci pour ces découvertes, ces nouvelles amitiés. Merci de nousIMG 20181012 152028 donner soif de ta Parole et soif de rencontrer l’autre. »

 « Seigneur, nous te rendons grâce pour les personnes qui – grâce à nos partage – ont dépassé leur crainte de parler ; pour ceux qui animent à tour de rôle, pour la fraternité vécue et partagée ; pour notre diversité »

 « Merci Seigneur pour l’initiative de notre Père évêque à l’origine de ces livrets qui nous permettent de nous rencontrer et de nous enrichir sur le plan humain et spirituel en toute liberté de parole »

 « Merci Seigneur pour ces temps de partage en vérité autour de ta Parole qui nous permet de partager nos difficultés et d’arriver à une profonde amitié. »

 « Merci Seigneur pour ces temps de partage et d’ouverture à la différence ; merci pour ces moments de fraternité ; merci pour la richesse de ton Évangile ! »

 A l’issue de ces rencontres en secteur, Mgr Carré exhorte les participants ayant terminé avec le livret St Jean, à poursuivre leur chemin autour du nouveau livret « Rencontrer le Christ avec St Paul ».  

 

 

Thème : Avec saint Roch, rencontrer le Christ

Les fêtes de Saint Roch sont organisées par la  Paroisse  Cathédrale – Sanctuaire Saint Roch   avec le soutien de la Ville de Montpellier

PROGRAMME

Mercredi  15 aout :   Basilique  Notre Dame des tables    : 

20 h 30 : Célébration  et    procession  mariale aux flambeaux   de Notre Dame des Tables  à  l’esplanade  Charles de Gaule  arrêt  sur l’escalier  du Corum Bénédiction de la ville et de ses habitants.

Jeudi 16 août : Sanctuaire St-Roch
Matin :
08 h 30 : Première messe présidée par le  Père Michel Plagniol
10 h 30 : Messe solennelle présidée par Mgr   Pierre Debergé  membre de la Commission Biblique Pontificale, Directeur du Centre Universitaire  Guilhem de Gellone
Animation  des chants : Simon Juan, chef du Chœur de la Cathédrale
12h 00  : Inauguration  de la nouvelle horloge,   Prière  de l’Angelus,  
12h 30 : Apéritif offert par la Mairie  de Montpellier dans le Square Dominique Badouet.

Après-midi :

14 h 30   : Visite  guidée en français par l’Office du Tourisme  de Montpellier 
                (réservation Tél. 04 67 60 60  60)

 15 h 00  :  Conférence   Mgr Pierre Debergé : « tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il a rencontré l’amour de Dieu en Jesus Christ » Pape François  la joie de l’Evangile N ° 120

15 h  45 : Temps  d’intériorisation  soutenu par l’orgue

16 h  00 : Témoignage  de Xavier  Narcisse   qui a vécu une année à Cap Missio  Ecole de l’Evangile  fondée par Mgr  Pierre-Marie Carré et le Père René Luc Giran

17 h 00 : Célébration vespérale

17 h 15 : Cortège en ville avec la statue de Saint Roch  et ses reliques,  en présence  des personnalités de la Ville   et de l’Association Internationale Saint Roch,.
17 h 45 : (devant le Sanctuaire)
Prise de paroles
Bénédiction de la Ville  et de ses  habitants
Bénédiction des animaux de compagnie, (en souvenir du chien de Saint Roch)
Bénédiction  et  distribution des petits pains
Partage des fleurs
19 h 30 : Fermeture du Sanctuaire Saint Roch

---------------------------------------------------------------------------------------------------------
RENSEIGNEMENTS
-  Sanctuaire Saint Roch :
Horaires  : Eté : 15 h  - 19 h et Hiver : 14 h - 18 h

Coordonnées :
Paroisse Cathédrale   Sanctuaire  Saint Roch
4 rue de Vallat 34 000 Montpellier
Site :
sanctuaire.saintroch-montpellier.fr
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


- Accueil des pèlerins  de Compostelle :
 Gîte Saint Roch : 4 rue de Vallat,  Accueil tous les jours : 16 h 30 - 19 h 00
- Hospitalité st Roch  (Adultes et Jeunes)
 : Accompagnement des malades  à Lourdes  et pendant l’année.   Villa Maguelone 31 ter avenue st Lazare  CS 82137
34060 Montpellier Tél 04 67 98 30 12

Grosse affluence ce lundi matin 25 juin à l’église St. Augustin de La Grande Motte pour un évènement peu courant : la première messe célébrée par le Père Jésus-David Alfonso-Gomez, ordonné prêtre, la veille par Mgr Pierre-Marie Carré. Le jeune prêtre, d’origine vénézuélienne, était accompagné du nouveau diacre, José-Miguel Flores-Lorenzo, lui aussi ordonné le jour précédent. En présence des parents, et sous l’œil attentif du Père Hervé Dussel, Curé des paroisses Stella Maris, la célébration commença devant une assemblée qui partageait, avec ferveur, l’émotion du célébrant. 

A cette occasion, une bonne douzaine de prêtres et autant de séminaristes étaient arrivés de tout le diocèse, sur notre station balnéaire. Une ambiance particulièrement joyeuse régnait à l’intérieur de l’édifice et des chants « latino » d’allégresse conclurent la cérémonie ; ensuite, chacun put se retrouver dans une ambiance de franche convivialité, autour du « verre de l’amitié » et du repas servi dans le patio  de l’église.

Partir à pieds pour revenir autre….cheminer aussi en nos cœurs…vivre en communion...

Pour le départ, rassemblement à l’église qui est exceptionnellement ouverte à 7h15.

Nous attendent, paroissiens bienveillants, café chaud et biscuits plein d’énergie : nous sommes sept réunis, chaussés, sac au dos et sourire aux lèvres, la journée s’annonce belle…

Des pèlerins arrivant de Montpellier, partis plus tôt ce matin, s’arrêtent un moment pour boire le café et repartent sans tarder : ils ont beaucoup de chemin à faire : leur but c’est St Jacques.
Pour nous, le but c’est St Guilhem ou autre destination intérieure : prière du matin et envoi par notre pasteur qui nous donne sa bénédiction et celle du Seigneur.
Gwladys, Maryse, Isabelle, Jean-Michel, Guy, Pascal, et Kenshi compagnon canin...Nous prenons la route ensemble, et le chemin nous offrira rencontres et découvertes, c’est certain.

Samedi 21 avril, c’est le printemps, la nature est belle, les fleurs sont ouvertes et sentent bon ; la vie est souriante. L’horizon verdoyant et lumineux nous semble différent de celui vers lequel nous marchions à l’automne dernier : le guide se serait-il trompé de route ?

A Montarnaud, Michel nous rejoint : il nous attend avec la Sainte Vierge.

Grimpette jusqu’à la croix de Pélisse : nous gagnons le ciel !

A la Boissière d’autres pèlerins sont invités, Marie-Pierre, David et Évelyne : ils ouvrent la porte de la chapelle St Louis : temps de prière, nos voix s’unissent pour chanter « Reine du ciel réjouis-toi »…
La communauté agrandie avance sur le chemin, marche dans les traces de ceux qui ont déjà rejoint St Jacques depuis des siècles.
L‘étape suivante : partage du pain, de questionnements et de bribes de réponse. Reconnaissance des chemins de vie et de fraternité…

Au but de la marche de ce jour, délassement, joie, retrouvailles : Catherine, Sylvie et Didier sont là pour recueillir les merveilles du jour.
Et l’abbatiale appelle à l’intérieur : on y trouve le meilleur. Dieu nous parle et ensemble nous l’écoutons. La Parole se fait nourriture et nous redonne des forces.
Alors avec les sœurs du Carmel St Joseph réunies, nos voix chantent merci : la lumière intérieure est allumée ! Et c’est elle que nous désirons choisir à nouveau comme guide. Que l’Esprit qui vient soutienne cette espérance !
Les intentions que nous portons sont confiées au cœur aimant de notre Sauveur et nous recevons en échange son amour, pain pour la route de notre quotidien.

Le lendemain, dimanche : nous rejoignons la Communauté paroissiale pour célébrer le Christ ressuscité.
En septembre prochain, la route sera à nouveau ouverte pour confier la nouvelle année pastorale.

École Sainte Florence de la paroisse Stella Maris, à Palavas

Les inscriptions se poursuivent et la création d’une 4e classe se prépare activement

La troisième année scolaire de l’école Sainte Florence est sur sa dernière ligne droite. Avec ses quarante-sept élèves, l’école maternelle et élémentaire dirigée par l’une des institutrices, Caroline Jabbour, a déroulé tout au long de l’année un programme dense, avec des thèmes qui ont orienté le travail des classes dans les différentes matières.

Sur le plan spirituel, deux temps forts ont été particulièrement appréciés. Déguisés en leur saint patron, les élèves ont fêté les deux ans de l’école à la veille des vacances de la Toussaint. Des jeux sur le thème des saints ont ouvert la fête, puis les élèves, leurs familles, l’équipe éducative, conduits par les Petites Sœurs de l’Annonciation, ont sillonné les rues voisines de l’école jusqu’à l’église. Présent pour célébrer cet anniversaire, Mgr Pierre-Marie Carré y a présidé un temps de prière animé par les élèves.

Lors de la Semaine Sainte, des ateliers ont permis aux élèves le matin du Jeudi Saint de réfléchir sur le sens de l’eucharistie. Une grande et belle table a ensuite été dressée dans la cour réunissant pour le déjeuner tous les élèves de la Petite section au CM2 et les adultes qui les encadrent.

La route vers la prochaine rentrée est déjà bien tracée. Quatre classes fonctionneront dès septembre, répartissant ainsi les élèves : Petite et Moyenne sections de maternelle, Grande section-CP, CE1-CE2 et CM1-CM2, avec toujours un maximum de 18 élèves par classe, et l’esprit familial propre à l’école depuis son ouverture.

L’école paroissiale Sainte Florence développe la pédagogie personnalisée et communautaire du P. Faure, disciple de Maria Montessori, alternant temps de travail en autonomie et temps de travail collectif. Chaque élève progresse ainsi selon son propre rythme, de manière à acquérir l’ensemble des compétences liées aux apprentissages fondamentaux de la maternelle ou de l’élémentaire.

Les élèves bénéficient de l’enseignement de l’espagnol – assuré par les Sœurs colombiennes partie prenante de l’école –, et de l’anglais dès la Grande section de maternelle.

L’équipe pédagogique se composera à la rentrée de quatre institutrices et de plusieurs intervenants spécialistes dans leur domaine – musique, arts plastiques, langues, sciences, sport. Elle est complétée par les Sœurs, une assistante maternelle et les personnes chargées de l’encadrement des enfants pendant les temps de récréation et de repas.

Les inscriptions sont en cours. Il reste encore quelques places sur certains niveaux.

Retrouvez l’actualité de l’école sur : www.ecole-sainteflorence.com

Depuis septembre 2015, notre évêque a réuni sur le papier deux paroisses voisines en un ensemble paroissial unique, avec, à son service, une équipe de 4 prêtres dont deux ont plus de 80 ans, un plus de 70 ans, et un plus de 65 ans. Cet ensemble se compose des « villages » suivants : Les Matelles, Montferrier sur Lez, Prades le Lez, , Saint Clément de Rivière, Saint Gély du Fesc, Saint Vincent de Barbeyrargues et Le Triadou. La population tourne autour de 35 000 habitants

Vous devinez qu’un des premiers soucis de l’équipe pastorale (prêtres et EAP) a été de cesser de « penser clocher » et de travailler à rassembler une communauté. Ce qui n’est pas simple : la distance Saint Gély – Montferrier est beaucoup plus longue que Montferrier – Saint Gély… Et même franchir le Lez entre Prades et Saint Clément est quasiment impossible ! En trois ans, trois assemblées générales des paroissiens ont permis, avec les fêtes de Rentrée, de se connaître, de s’apprécier et d’exprimer leurs désirs, leurs frustrations et leurs espérances. Juste avant notre troisième assemblée (11 juin 2017) notre évêque publiait, au Zénith, son « orientation pastorale pour le diocèse » : son intuition faisait parfaitement écho à notre propre réflexion commune. Trois axes, trois orientations : faire communauté (convivialité), célébrer Jésus Christ (Liturgie) et annoncer l’Évangile aux jeunes et avec eux. Ces orientations sont « prévues » jusqu’en 2020… elles s’étofferont des initiatives des paroissiens

L’équipe CPM de préparation au mariage (sept couples sur l’ensemble paroissial) s’est étoffée cette année d’un couple envoyé par la paroisse saint Julien de la Mosson. Cette collaboration entre les paroisses a permis de vivre un week-end avec 25 couples. Chaque couple de fiancés avait rencontré auparavant un couple CPM deux fois. Il y a une véritable vie d’équipe, une vraie fraternité qui ne se contente pas de préparer le week-end : cela se poursuit dans l’animation et l’accompagnement de trois équipes « Tandem ».

Nous rencontrons un véritable handicap par rapport aux paroisses de villes : c’est le manque d’infrastructures et la petitesse des lieux de culte qui avaient été construits pour une population réduite : songeons que Saint Gély du Fesc qui comptait autour de 700 habitants en 1970, se retrouve à presque 10 000 en 2018. Sur l’ensemble paroissial, la plus grande salle peut accueillir 35 personnes… Heureusement, nous bénéficions de la sollicitude et la bienveillance des maires de nos « villages ». D’autre part, un prêtre peut facilement se déplacer en voiture 500 kilomètres par mois. Certes, il y a un gros avantage par rapport à la ville, c’est qu’il est possible de se dire bonjour, de s’arrêter pour un moment d’échange et de fraternité.