Frank Condi, Jean-Vincent Raccurt, Mgr Carré
Abbé Frank Condi, diacre

Né le 31 décembre 1978 à Castres d'un père militaire, c’est en janvier 1979 que mes parents retournent s’installer au Mans, ma famille étant originaire des Pays de la Loire. Baptisé le 22 juillet 1979 dans le diocèse du Mans, j'ai été élevé dans une famille chrétienne de tradition mais non pratiquante. Je suis alors un parcours catéchétique jusqu’à ma première communion puis mon lien avec l’Eglise sera coupé jusqu’à mes 22 ans où, lors d’une visite au Saint-Sacrement en la Cathédrale Sainte-Marie d’Edimbourg, le jour de mon anniversaire, je serai saisi par le Christ.

C’est à l’adolescence que j’arrive en Languedoc. Mes parents s’installent à Narbonne où je termine mon lycée, et c’est à Montpellier que je fais mes études secondaires en BTS Action Commerciale. Au terme de ce dernier, je pars pour le Royaume-Uni où je passe 7 années: 2 ans à Edimbourg et 5 ans à Londres. Durant toutes ces années je travaille pour la banque HSBC et je vis une vraie conversion au Christ, rendant grâce pour son amour et son don sur la Croix.

Entouré de chrétiens éloignés de l’Eglise ou de non-chrétiens, évoluant dans un milieu matérialiste et superficiel, je suis saisi de compassion pour toutes ces personnes qui ne connaissent pas ou qui ne veulent pas connaître Jésus. Je sens alors l’appel à le suivre de manière toute particulière et à me consacrer pleinement au Seigneur pour le faire connaître, pour annoncer son amour et sa miséricorde.

Je rentre alors en France où je travaille encore 3 ans dans le secteur bancaire, d’abord pour La Banque Postale puis pour Barclays. Mon cheminement à la suite du Christ se poursuit. Je suis confirmé des mains de Monseigneur Le Gall, archevêque de Toulouse, le 23 mai 2010 et j’intégre l’année propédeutique dès septembre 2010 pour y discerner mon appel.

Les voies de Dieu n’étant pas toujours toutes droites, je ne rentre pas tout de suite au séminaire mais je fais un essai de vie religieuse de quelques mois auprès des frères Carmes de Montpellier. Je me rends alors compte que mon appel est de suivre le Christ dans le presbyterium diocésain, je demande donc à Monseigneur Carré de bien vouloir m’envoyer au séminaire pour y poursuivre mon discernement et me former en vue du sacerdoce pour le diocèse de Montpellier.

J’entre ainsi au séminaire Saint-Cyprien de Toulouse en septembre 2012 pour y suivre le cycle de philosophie. Au terme de deux années je suis envoyé en stage pastoral pour une année auprès de la Paroisse Cathédrale de Montpellier. J’y approfondis ma connaissance de la vie d’un prêtre diocésain et j’y affermis mon souhait de suivre le Christ dans cette vocation pour servir l’Eglise qui est à Montpellier. A l’issue de cette année de stage, Monseigneur Carré me propose de poursuivre ma formation à Rome en cycle de théologie. C’est avec joie et dans l’action de grâce que je rejoins le Séminaire Pontifical Français en septembre 2015 et que je suis inscrit à l’Université Pontificale Grégorienne. En juin 2017, j’arrive ainsi au terme de ma formation de théologie, mais également de mon discernement au séminaire. Ordonné diacre le 27 mai 2018, je passerai dans les prochains jours mes derniers examens pour valider mon baccalauréat canonique de théologie, avant de rentrer dans le diocèse, en Agde, pour y passer l’été au service de la paroisse du Littoral Agathois et pour y vivre mon ministère diaconal.

En septembre je retournerai à Rome pour deux années supplémentaires durant lesquelles je travaillerai une licence canonique en théologie dogmatique et sacramentaire à l’Athénée Pontifical Saint-Anselme.  

 

Abbé Jean-Vincent Raccurt, diacre

Je suis né le 16 juin 1993 à Ecully, première paroisse du curé d’Ars... clin d’yeux (Dieu), je ne sais pas? Aîné de 5 garçons, j’ai grandi dans une famille catholique au rythme des fêtes liturgiques et de la paroisse, du scoutisme d’Europe et des foyers de Charité où j’étais lycéen. Mon premier appel était de me donner entièrement mais ce n’est qu’en terminale que j’ai compris que ce serait dans le presbytérat. Après le baccalauréat, j’ai avancé sereinement vers cette voie là, toujours soutenu par la prière de mes proches et de l’Eglise jusqu’à arriver ce 27 mai 2018 à donner toute ma vie au service du Christ et de son Eglise. Une vocation ordinaire! s’il en est ? En tout cas vécu comme telle. C’est plutôt une vocation extraordinaire reçue de manière ordinaire .

Revivre la messe d'ordination en images