Cathédrale, 30 juin 2019 - Ordination presbytérale de Frank Condi, José Miguel Flores-Lorenzo, Jean-Vincent Raccurt

 

Pierre et Paul, ainsi que les autres Apôtres de Jésus, ont été envoyés en mission par le Seigneur avec bien peu de bagages et de moyens. Sur quoi se sont-ils appuyés ? D’où est venue leur force de conviction ?

Nous connaissons la réponse. Ils ont été saisis par le Christ, comme l’écrira un jour saint Paul. A la question de Jésus : « m’aimes-tu ? », ils ont répondu : « tu sais bien Seigneur que je t’aime ! ». Leur force vient du seul Christ Jésus ; leur conviction, c’est la parole de l’Evangile. On pourrait dire que ce ne sont pas eux qui portent l’Evangile, c’est l’Evangile qui les porte, les transforme, faisant d’eux des témoins dont la vie proclame : « ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi ».

Jésus a choisi Pierre et Paul, tout comme il a choisi les autres Apôtres, tout comme il a choisi chacun de nous qui sommes baptisés, tout comme il a choisi ceux qui sont devenus diacres, prêtres ou évêques. Il vous a choisi aussi, vous trois : Frank, José-Miguel, Jean-Vincent. Pourquoi donc a-t-il fait ce choix ? Seriez-vous des personnes meilleures que d’autres, remarquables, indispensables pour la mission, sans lesquelles le Christ ne pourrait pas réaliser ses projets ? Certes non, nous le savons bien ! Pierre a renié le Christ Jésus au moment de la passion. Paul a persécuté l’Eglise naissante. Ils ont connu des périodes de tension voire de disputes. Reconnaissons-le : ce qui qualifie un disciple de Jésus, c’est la seule grâce de Dieu et ce qu’elle est capable de réaliser en eux et par eux !

Aujourd’hui, plus que jamais, c’est la conscience du don de Dieu qui doit nous permettre de servir humblement là où le Seigneur nous envoie.

Vous êtes ordonnés prêtres aujourd’hui. Que seront notre monde et notre Eglise dans vingt ans, dans cinquante ans ? personne ne peut le dire. L’avenir est entre les mains de Dieu. C’est le Christ qui construit l’Eglise. Nous l’avons entendu à l’instant : Jésus ne dit pas à Pierre « tu bâtiras mon Eglise », il lui dit « je bâtirai mon Eglise ». N’oubliez jamais cela !

Mais alors, quelle est notre place ? Qu’avons-nous à faire ? Rassurez-vous, ce n’est pas le travail qui va manquer ! Mais avant toutes les taches à accomplir, il importe d’aimer ceux à qui nous sommes, et vous serez, envoyés. Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis, dit Jésus. Aimer, cela doit se traduire par le fait de savoir donner de son temps, de son attention aux personnes, en un mot, c’est apprendre à s’oublier soi-même. C’est aussi savoir mettre en évidence les aspects positifs des personnes au lieu de souligner les limites et faiblesses. L’amour ne passera jamais ! N’oublions pas que les hommes méritent toujours plus d’amour que le monde ne peut leur en donner.

Par l’ordination, vous allez rejoindre le groupe des prêtres de notre diocèse. Beaucoup d’entre eux sont ici et vous imposeront les mains dans un instant. Ils sont divers, comme vous l’êtes aussi. Chacun d’entre eux a sa grâce propre tout comme chacun de vous trois. Ils forment un ensemble, un corps, le presbyterium associé à l’évêque. Nous sommes comme une famille. La sagesse populaire déclare qu’on ne choisit pas sa famille ; on la reçoit et c’est là que se fait l’expérience de la vie fraternelle à l’intérieur d’un corps. Vous apporterez ce que vous êtes et vous recevrez des prêtres qui vous précèdent leur expérience, leurs joies et leurs peines. Faire route ensemble n’est pas si facile. Il faut adapter son rythme à celui des autres, sans se croire supérieur aux autres.

La mission des prêtres est lourde. L’Eglise catholique leur confie l’annonce de l’Evangile, la célébration des sacrements et la charge de conduire le Peuple de Dieu. Cette mission, ils ne l’exercent pas seuls, mais associés aux baptisés. Vous aurez à le découvrir, au fil des années, selon la diversité des missions qui vous seront confiées. N’oubliez jamais, selon les paroles de l’Apôtre Paul, que vous êtes des serviteurs. Jésus lui-même n’est pas venu pour être servi mais pour servir et donner sa vie. C’est par ce chemin que votre vie portera du fruit.

Je voudrais aussi adresser un appel à la prière en faveur des vocations. Il ne s’agit pas de prier comme pour arracher à Dieu quelque chose qu’il ne voudrait pas nous donner. Notre prière contribue à créer un climat favorable pour que ceux qui entendent l’appel du Seigneur se sentent encouragés à répondre positivement en sachant qu’ils sont attendus et désirés par tous.

Que les Apôtres Pierre et Paul, que la Vierge Marie, que tous les saints prêtres qui vous précèdent sur le chemin de la fidélité à l’appel du Seigneur, vous soutiennent par leur intercession. Que la joie de l’Esprit Saint remplisse votre cœur en ce jour et tout au long de votre vie. Amen !