Tous les deux ans, les étudiants et les jeunes professionnels se retrouvent pour un pèlerinage sur les pas de saint Guilhem-le-désert. Une fréquentation à la hausse. Retrouvez l'édition du 11 novembre 2014 en images.

Un cadre magnifique classé au patrimoine mondial, un sentier pavé serpentant entre bruyères et arbousiers dans les monts désertiques, tel est le théâtre qui s’est offert cette année encore à une cinquantaine d’étudiants héraultais pour la marche du 11 novembre, à Saint-Guilhem-le-Désert. Rassemblés par la Mission étudiante de Montpellier - la « MEM » - qui veut prendre une nouvelle dimension, ces étudiants ont donc marché plusieurs heures aux côtés de l’archevêque de Montpellier, Mgr Pierre-Marie-Carré, et de prêtres du diocèse, venus de Montpellier ou encore de Puimisson. Partage de la Parole de Dieu, chants de louange, questions-réponses libres à l’évêque, confessions et Eucharistie ont jalonné cette journée ventée. Des étudiants polonais, grecs, palestiniens, malgaches, slovaques se sont associés à leurs camarades français.

La pause du déjeuner a été faite dans les hauteurs, à l’ermitage occupé par le père spiritain Christian, auquel, conformément à ce qui devient une tradition, chacun a monté une bouteille d’1.5l d’eau minérale. Le retour s’est effectué la nuit tombée.

Avec un car aux trois quarts plein au départ de Montpellier, pour une population étudiante estimée à 70 000 personnes, les objectifs de fréquentation des prochains événements sont à la hausse…

Azaïs de V.