C’est un moment de grâce que nous venons de vivre avec ceux qui ont participé au pèlerinage des Saintes Maries de la mer. Après trois ans d’interruption du pèlerinage, nous étions tous fébriles dans l’attente de ces retrouvailles avec les Saintes mais aussi entre nous tous .

Les aumôneries des voyageurs de toute la France se donnent rendez-vous pour se rencontrer et pour prier avec les centaines de gitans de tous les horizons pour partager leur foi en notre Seigneur par l’intercession de Ste Sarah,  Ste Marie Jacobée et Ste Marie Salomé.

Une semaine où se sont enchaînés temps de prières, célébrations eucharistique, temps de partage en aumônerie et veillées.

Les temps d’aumônerie sont repartis par âge , car tous participent des plus petits, aux jeunes adultes et aux adultes, en fonction des thèmes .

J’accompagne les 06-13 ans autour de thèmes que nous choisissons et aussi sur les sacrements et leurs préparations, essentiellement des baptêmes et des premières communions.

Cette année, un jeune garçon de 14 ans a reçu le baptême. Juste avant la pandémie, il en a fait la demande et après une préparation le voilà prêt après une ultime étape dans la paroisse de son secteur. Accompagné des jeunes de l’aumônerie, de ses parents et amis j’ai eu le plaisir de le baptiser. Beaucoup d’enfants, de jeunes et d’adultes profitent du pèlerinage pour se faire baptiser.

Tous les soirs, à cinq heures : célébration eucharistique .Ceux sont les enfants, qui courant avec une cloche à la main, interpellent les parents .Et c’est au milieu des caravanes en pleine nature que la messe est célébrée. Le soir, ce sont les veillées à thème : les défunts; les jeunes …Toujours très priantes et très belles. Cette année, j’ai animé la veillée des malades et endossé la responsabilité de la direction du pèlerinage.

Mardi 24 et mercredi 25 mai, se sont déroulées les grandes processions avec Mgr Carré le mardi et mercredi avec Mgr Dufour, Archevêque d’Arles et Aix. Les gens du voyage, très attachés à ces processions, économisent toute l’année pour s’y rendre. C’est un temps d’une grande intensité de prière, dans une ambiance un peu désordonnée et musicale mais très religieuse. Cette procession hétéroclite qui nous conduit jusqu’à la mer reproduit ainsi l’arrivée des saintes .

Une semaine pour retrouver le chemin du Seigneur dans la joie, les chants, la rencontre et la prière .

 

 

                                           Jean-Michel BISSERBE Diacre

                                         Aumônier des gens du voyage et des gitans