recopastojeuneChaque année, au mois de janvier, la Pastorale des Jeunes du diocèse de Montpellier propose aux responsables et aux animateurs un temps de récollection. Ce temps permet à chacun de prendre du recul, de se ressourcer. Depuis plusieurs années, cette récollection a lieu à l’abbaye bénédictine d’En-Calcat, dans le Tarn, du vendredi soir au dimanche après-midi. Ce sont 48 heures offertes à des personnes qui, en temps normal, organisent des propositions spirituelles pour les jeunes, collégiens, lycéens, étudiants. Là ce sont 48 heures pour elles !

Trente acteurs de la Pastorale des Jeunes étaient donc à En-Calcat le week-end dernier.

En perspective de Pentecôte au Zénith, nous avions choisi de réfléchir au thème de la Confirmation, celle que nous proposons aux jeunes, mais aussi la nôtre. Comment la recevoir, comment la déployer dans nos vies ?
 
Pour cela nous avions demandé à Mgr Hubert Herbreteau de venir prêcher notre récollection. Mgr Herbreteau est l’évêque du diocèse d’Agen depuis 2005. Il est l’auteur du livre « La Confirmation » dans la collection Tout simplement (2001). Il a été en responsabilité au service « Adolescence » du Centre National de l'Enseignement Religieux. Il est actuellement responsable de l’Observatoire Foi et Culture de la Conférence des Évêques de France…

Voici quelques points fort de ses trois temps d’enseignement pendant le week-end.

La Parole de Dieu est tranchante comme le glaive (lettre aux Hébreux). La Lettre aux Hébreux dit aussi qu’il faut entrer dans le repos de Dieu. Faire retraite, c’est donc se poser autrement.

Avec les confirmands, on développe les 7 dons de l’Esprit. Mais Paul dans sa lettre aux Galates (Ga 5) souligne qu’il y a des FRUITS à recevoir de l’Esprit. Comment aider les jeunes et nous-mêmes à trouver en nous les fruits de l’Esprit ?

L’Eglise a le devoir de proposer, aux acteurs en pastorale, des temps où ils sont nourris par la Parole de Dieu, procurer aux chrétiens de quoi approfondir leur vie de chrétiens. En prenant un temps de récollection ou de retraite, nous faisons donc un acte ecclésial, un acte communautaire.

Une réco c’est se mettre devant les données fondamentales :

-          Qui est Dieu?

-          Qui est Jésus pour moi ?

-          Quelle place est-ce que je prends dans l’Eglise ?

-          Une récollection, c’est s’émerveiller des dons de Dieu…

Faire récollection, c’est pour notre dynamisme. Se mettre sous la présence de Dieu, c’est bénéficier du dynamisme de Dieu (Jean-Paul II).

L’intériorité, c’est se recueillir. Voici quelques précautions pour tout temps de recueillement :

-          Faire attention à l’individualisme ou à l’intimisme (l’intériorité ce n’est pas uniquement s’enfermer dans sa bulle). La vie selon l’Esprit de Jésus, nous invite à aller au cœur de nous-mêmes, mais nous permet de faire la rencontre de Celui qui est la source de notre vie (aux côtés des autres) : le Christ.

-          L’intériorité nous invite à aller vers les autres, à ne pas nous éloigner de nos frères. La véritable intériorité a besoin d’être fortifiée !

2 textes de référence :

-          Is 11, 1-2 : les dons de l’Esprit Saint (ces dons, à la Confirmation, sont repris lors de la prière d’imposition des mains).

-          Ga 5, 13-25 : Voici le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix, confiance, douceur, bonté, maîtrise de soi.

6 points d’attention pour aller plus loin vers la Confirmation... et vers Pentecôte au Zénith…

1.       Lorsqu’on parle de l’Eglise il ne faut pas oublier l’Eglise, le Monde, le Royaume. Le Royaume de Dieu c’est le bonheur en plénitude avec Dieu. Il y a encore du chemin à faire dans ce monde. On pense à l’eschatologie… C’est déjà là… Mais cela va venir. Le Royaume c’est une ligne d’horizon. L’Eglise est signe de salut au milieu du monde. C’est elle qui accompagne les croyants vers de Royaume. Les chrétiens étant bien réellement au cœur du monde.

2.       Lorsqu’on est baptisé, il y a les rites complémentaires (onction et prière qui accompagne). Sois marqué du Christ, prêtre, prophète et roi, dit-on au nouveau baptisé au moment de l’onction de saint Chrême. Le prophète témoigne. Le prêtre à la manière du Christ, dimension sacerdotale des baptisés, offre sa vie au travers de la louange. C’est la dimension eucharistique de nos vies : nous sommes donnés au monde et à Dieu, voués à Dieu et dévoués aux autres. Le roi, c’est celui qui est au service des plus pauvres (principe de gouvernance de l’Eglise). Être ferment d’unité en tant que chrétien (dimension diaconale).

3.       Comment appelle-t-on l’Eglise ? L’Eglise est peuple de Dieu, haut en couleur, avec une grande diversité, peuple en marche, toutes les générations, tous les continents, toutes les sensibilités. L’Eglise est fraternité. L’Eglise est corps du Christ (cf. 1 Co 12). La tête du corps c’est le Christ, mais tous les membres sont indispensables. L’Eglise est également le Temple de l’Esprit. Elle trouve son origine dans l’Esprit Saint qui est l’Esprit du Christ. L’Eglise est animée par l’Esprit Saint.

4.       Dans la vie chrétienne, il y a les 3 sacrements de l’Initiation. Les sacrements sont donnés et reçus. Et devenir chrétien c’est un chemin de toute la vie. La Confirmation ce n’est pas uniquement confirmer le baptême. C’est surtout confirmer la foi, affermir la foi des nouveaux confirmés, mais de tous les croyants.

5.       4 moments importants dans la célébration de la Confirmation :

                                 I.            L’appel par le prénom du baptême et la réponse ME VOICI.

                               II.            La profession de foi qui est dite à partir de mots, dite de manière publique (précédée de la renonciation au mal et au péché).

                             III.            L’imposition des mains.

                            IV.            L’onction du saint Chrême.

6.       La pluralité des dons de l’Esprit Saint. 1 Co 12, diversité de dons, de ministères, mais c’est le même Seigneur, le même Dieu… en vue du bien commun, en vue de l’édification de l’Eglise… Choisir un don à demander en particulier. Quel engagement dans l’Eglise, dans le monde, à discerner pour chaque nouveau baptisé ?

P. Pierre Brugidou

La dizaine de rencontres FRAT34 organisées au cours des 3 prochains mois dans tout le diocèse permettront de vivre des temps fort de communion et de partage entre Fraternités-missionnaires ainsi qu’entre tous les groupes d’Église soucieux de vivre leur foi dans une démarche à la foi ecclésiale, fraternelle et missionnaire.

Ces rencontres seront comme une première étape vers Pentecôte au Zénith.

Une deuxième étape pouvant être organisée par exemple dans le cadre du temps du carême à partir d’une proposition locale déjà programmée ou à prévoir avec l’aide éventuelle de l’IDF.

Pentecôte ne sera pas le terme mais bien un tremplin vers ce déjà-là et cet à-venir de l’Église du Christ appelée à vivre sa foi et à en témoigner dans le cadre d’une communion de petites fraternités de baptisés.

 

Calendrier des rencontres FRAT34 : sur un jeudi soir (18h30-21h45) ou un samedi matin (9h30-14h), repas tiré du sac et partagé compris.

·         Pour les secteurs Pic S. Loup – Porte des Cévennes et Porte de Camargue : Lunel (Les Pénitents, 17/11 ou 19/11).

·         Pour les secteurs Bassin de Thau, Lergue-Hérault et Mer, Vignes et Volcans : Pézenas (maison paroissiale, 24/11) ou Clermont-l’Hérault (lycée S. Guilhem, 26/11).

·         Pour les trois secteurs de Montpellier, à Villa Maguelone (08/12 ou 10/12).

·         Pour le secteur Les Marches de l’Espinouse : S. Chinian (07/01)

·         Pour le secteur Béziers – Biterrois : Béziers (Lancement du projet / St. Guiraud, 22/02 : 15h et 20h30).



Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / 04 67 55 85 45 

Pastorale Liturgique et Sacramentelle- Diocèse de Montpellier


  La nouvelle équipe diocésaine de « Fleurir en Liturgie » vous propose une journée de réflexion et de formation.

         Le vendredi 4 novembre 2016 de 8H30 à 16H30


en présence du  Père Jean-Côme ABOUT

Eglise St Martin : Salles paroissiales

9, rue de Cherchell  (cité St Martin) 34070 MONTPELLIER

                                            

Création de compositions :

un bouquet haut et d’un bouquet creux.



Pensez à prendre :

·         Votre Missel ou Magnificat, un cahier pour noter…

·         La caisse à outils : 1 Sécateur, 1 couteau sans dent, 1 paire de ciseaux, une pince coupante et un chiffon propre.

·         De la verdure : (Ruscus, laurier-thym, Genêt-lierre etc…)

·         Le contenant : 1 vase rond et droit de 30 cm de haut (genre tuyau de poêle)…

·         Votre repas tiré du sac et partagé en commun …



Participation aux frais : 25 € (frais photocopies du livret,  matériel technique, frais kilométriques des formateurs, achat des fleurs ...)                                                                                                                             Votre  paroisse peut financer cette formation.  (Pour ceux qui n’ont pas internet joindre une enveloppe timbrée à votre adresse).

Pour tout renseignement s’adresser à :

Reine CELIQUA au Mme 06 45 71 49 53-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  ou

Sophie AURIOL au 04 67 42 22 47-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.





Chacun ou chacune de vous repartira avec sa création

Dans la joie de se retrouver fraternellement,

L’Equipe de Fleurir en Liturgie vous dit à Bientôt

Le mois d’octobre est bien connu comme un mois du Rosaire et de la mission universelle de l’Eglise. C’est un mois de prière intense pour la mission entendue comme « une immense œuvre de miséricorde tant spirituelle que matérielle » (Message  du Pape François pour la 90ème Journée mondiale missionnaire 2016).  Nous unissant à la prière continue   de l’Eglise pour l’évangélisation, nous faisons passer notre prière pour la mission par la Vierge Marie, « modèle missionnaire pour l’Eglise et icône de l’humanité rachetée », qui la confie à son fils Jésus, maître de la mission. En même temps, en vertu de la nature missionnaire de l’Eglise (cfr Ad Gentes n°2), nous remplissons notre devoir de baptisé-missionnaire appelé à être « lumière du monde » (Mt5, 14) et « sel de la terre » (Mt5, 13) et toujours envoyée par le Christ dans le monde entier à toutes les nations(cfr Mt28, 19).

Au milieu de ce mois missionnaire se situe une semaine privilégiée, la Semaine Missionnaire Mondiale. Cette dernière s’étend cette année du 16 au 23 octobre 2016 avec le dimanche 23 octobre comme 90ème Journée Missionnaire Mondiale. Cette semaine de prière, d’animation et de partage communionnel est placée sous le thème : « Annoncer la Miséricorde ». Elle répond à un triple objectif :

  • S’informer sur la vie des communautés chrétiennes à travers le monde ;
  • Prier pour la Mission ;
  • Faire un geste de partage en faveur du Fonds Missionnaire Mondiale.

Il s’agit donc de ranimer notre conscience missionnaire, de prier pour la mission à la manière de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus (co-patronne de la mission sans avoir quitté son Carmel), de favoriser les échanges entre différentes communautés et le partage à différents niveaux (humain, financier, matériel, expérience, savoir…). La mission suppose donc la coopération des Eglises particulières pour soutenir l’évangélisation partout (cfr Ad Gentes n°38) et sa réussite  dépend de la participation de chacun : participation physique, spirituelle, intellectuelle, matérielle, financière, etc.

Voilà pourquoi  le Pape François,  dans son message, nous invite « à sortir, en tant que missionnaires, chacun mettant au service des autres ses propres talents, sa propre créativité, sa propre sagesse et sa propre expérience en ce qui concerne l’annonce du message de la tendresse et de la compassion de Dieu à l’ensemble de la famille humaine ». Il attire aussi notre attention sur le partage en rappelant qu’aux Œuvres Pontificales Missionnaires (OPM) « soient destinées toutes les offrandes que chaque diocèse, paroisse, communauté religieuse, association et mouvement ecclésial, de toutes les parties du monde, pourraient recueillir pour secourir les communautés chrétiennes ayant besoin d’aide et pour donner de l’élan à l’annonce de l’Evangile jusqu’aux extrémités de la terre. Aujourd’hui encore, ne nous dérobons pas à ce geste de communion ecclésiale missionnaire. Ne fermons pas notre cœur sur nos préoccupations particulières mais élargissons-le aux horizons de toute l’humanité ».

Telle est la belle manière d’exprimer  la cohésion et les liens fraternels entre les fidèles comme au temps des premières communautés chrétiennes (cfr Ac 2, 42-47) et de célébrer la mission dans le service et le témoignage, mais aussi et surtout dans la prière et la manifestation de la miséricorde infinie de Dieu.

Nous vous souhaitons alors une très bonne célébration du mois, de la semaine et de la Journée mondiale missionnaires 2016.

Abbé Jean-Marie PALUKU KAHISIRYO, responsable du service diocésain de la coopération missionnaire et du comité du jumelage avec le Mali.