Eglises en marche, avaient-ils promis. Des marches ils y en avaient, des églises, il y en avait aussi, mais aussi des marcheurs, mais aussi un musée. Eglises en marche qui se rencontrent, Eh oui en marchant ensemble, ils se sont rencontrés les marcheurs de ces deux Eglises qui partagent le même toit à Jacou. Au fond, après 25 ans de cohabitation, ils sont partis en balade et ça a marché. Sous le ciel clair des Cévennes, ils ont écouté l’évangile ensemble, ils ont chanté des psaumes ensemble, Ils ont témoigné ensemble, ils se sont cultivés ensemble, ils se sont racontés leurs histoires et leur histoire avec le musée du désert. Ils ont découvert des secrets de la famille chrétienne en France, ces secrets qui nous renvoient aux époques où Eglise et pouvoir ne faisaient qu’un. Enfin, avant de nous séparer, nous avons chanté ensemble, car « Chanter c’est prier deux fois », a dit Saint Augustin. 


Cette marche que nous avons partagée, ces témoignages, nous avons envie de les faire entendre au monde, aux autres. Mais comment faire ? Cette question est revenue à l’occasion de différentes interventions. Au « comment », nous avons eu envie d’ajouter le « pourquoi », pourquoi avons-nous envie de partager avec le monde ? A son époque Jésus pratiquait aussi la marche jacou2pour témoigner. On a pu lire dans Luc 17, 11-19, « En ce temps-là, Jésus, marchant vers Jérusalem, …. « 

Cette marche que nous avons partagée, nous avons envie maintenant de les multiplier pour grimper marche après marche les escaliers qui nous permettront de franchir les murs, ces murs que nous avons construits mais qui ne vont pas jusqu’au ciel.

Alors un grand bravo aux marcheurs qui ont été là de potron-minet jusqu’au couchant, bravo aux initiateurs du projet, et merci aux organisateurs, et pensées fraternelle aux fondateurs de ce projet utopiste. Et si les églises se renouvelaient par les périphéries, telles que cette initiative utopiste de centre œcuménique ?

 

 

La Pastorale des Réalités du Tourisme et des Loisirs du Diocèse tiendra sa réunion de rentrée à Mèze, à la maison des pénitents, en présence de Monseigneur Claude Azéma, samedi 15 octobre 2016 de 9h à 16h 30.

Serge Malbec délégué diocésain de la PRTL a inscrit à l’ordre du jour de faire le bilan de la période estival en ce qui concerne l’accueil dans les édifices religieux, notamment sur le littoral et de parler des projets pour l’avenir.

Cette rencontre sera l’occasion d’organiser des ateliers participatifs sur : L’ouverture, l’accueil, l’aide à la découverte d’un édifice religieux, le site internet de la PRTL, les liens avec les professionnels du tourisme, la communication, la constitution d’un réseau au niveau diocésain, les passejades (promenades en occitan), les mardis du temps libre, et l’accueil sur les chemins de Compostelle, qui permettront aux participants d’échanger et de faire remonter des convictions débouchant sur des propositions et des engagements à court et à moyen terme, dans le but de valoriser le patrimoine religieux.

Toutes personnes intéressées peuvent y participer. Pour s’inscrire Téléphoner au 06 98 85 00 97

Mgr Carré, ainsi que les membres de la cellule d'écoute des auteurs et des victimes de violences sexuelles (CEAVE), se sont entretenus avec le Midi-Libre.

Petit bilan, 6 mois aprés l'ouverture de cette cellule.

Retrouver l'article complet sur le Midi Libre: cliquez ici

Les évènements dramatiques que nous vivons en France et en Europe ne sauraient nous faire oublier d’autres situations tout aussi dramatiques : notamment en Palestine où, malheureusement, le processus de paix est plus que jamais enlisé.
Depuis l’appel du Kairos Palestine par les responsables des différentes communautés chrétiennes de Palestine, en 2009, rien n’a vraiment changé.
Kairos est un mot grec qui désigne le temps sacré – ou donné par Dieu – le temps de l’occasion opportune pour se repentir et le temps du renouveau : « maintenant est le bon moment pour agir ».

Au cours de la Semaine Mondiale pour la Paix en Palestine/Israël portée par le Conseil Œcuménique des Eglises et en référence à la brochure « le Défi de la Paix » produit par le CCFD Terre Solidaire, Justice et Paix, Pax Christi et le Secours Catholique-Caritas France, notre diocèse souhaite que toutes les paroisses aient une action spécifique pour faire avancer la paix dans cette région où Jésus Christ a mené sa vie terrestre.
Car la Semaine Mondiale pour la Paix vise à offrir soutien et encouragement à ceux qui travaillent à une juste paix pour tous, en Palestine et Israël, en privilégiant l’appel à prier, à se former et à plaider pour la paix. Ainsi nous sommes invités à :
⇰ Envoyer un signal clair à nos dirigeants politiques, pour qu'ils agissent en faveur d’un accord de paix garantissant les droits et l’avenir des deux peuples. L’exemple récent de la Colombie démontre que la paix est possible si les dirigeants et les populations concernées travaillent ensemble à la construire… Car, «Dieu ne partage pas notre haine » (Desmond Tutu -Evêque Anglican qui lutta contre l’apartheid)
⇰ Témoigner de notre sympathie à tous les Palestiniens et tous les Israéliens qui œuvrent avec beaucoup de courage pour la justice et la paix en Israël et en Palestine.
⇰ Prendre conscience que l’appel du Kairos – « le moment d’agir pour la justice » - nous interpelle maintenant.

Quelques pistes possibles pour soutenir les acteurs de paix palestiniens et israéliens…
• Poursuivre le dialogue avec tous les hommes et femmes de bonne volonté, en favorisant le dialogue interreligieux même au cœur de la violence qui frappe à nos portes !
• Défendre la dignité du peuple palestinien en dénonçant les déformations de la vérité sur l'occupation et l'oppression.
• Prier pour la paix en Palestine/Israël, car il n’y a rien de pérenne dans la violence, ceux qui la pratiquent ont l’illusion d’être forts.
• Espérer !... Espérer veut dire : être capable de voir Dieu au milieu des épreuves et d’agir avec son Esprit en nous. Dire non à l’oppression et à l’humiliation et continuer à résister au mal.

Aux JMJ de Cracovie, de jeunes français ont découvert leurs frères chrétiens d’Irak, de Syrie et du Moyen-Orient : « tous ne sont pas musulmans, il y a aussi des chrétiens !! »
Laissons-nous séduire par cet enthousiasme, découvrons les chrétiens oubliés de Palestine et d’Israël qui nous demandent d’agir là où nous sommes.… Et laissons-nous transformer par l’esprit des Béatitudes : « Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu. »
« Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde... ».

Ce mercredi soir, fête de la Croix Glorieuse, les étudiants faisaient leur rentrée en l'église Ste Bernadette. Mgr Carré était là pour célébrer la messe, entouré de tous les prêtres responsables des différents groupes et mouvements étudiants du diocèse. C'était l'occasion aussi pour Frère Eric Terrassier (Dominicains) de prendre officiellement ses fonctions de responsable de la pastorale étudiante. Un petit annuaire a été édité afin de donner une lecture claire de toutes les propositions existantes pour les étudiants. Vous pouvez aussi consulter ces informations sur le site: etudiants-montpellier.catholique.fr.

Pour voir toutes les photos de la messe, cliquez ici


L'aide que j'ai reçue et les rencontres entre jeunes m'ont touchée. En effet, ayant des problèmes de santé, beaucoup de jeunes du groupe ont dû m'aider à porter mes affaires et cela s'est fait sans même que je leur demande. De plus, autant de jeunes qui se mettent en prière alors qu'ils ne se connaissent pas, qu'ils vivent différemment, est une expérience touchante. Par exemple, dans le train, avec quelques Montpelliérains, nous avons chanté avec de jeunes Israéliennes en soif de connaître notre culture. Certaines de ces rencontres m'ont aidé à grandir en maturité et plus particulièrement dans ma façon de considérer les autres. J'ai eu des discussions avec des prêtres, des séminaristes ou encore d'autres jeunes qui m'ont fait comprendre l'importance de la foi et de la miséricorde.
Je ne sais pas si je ferais les JMJ suivants car j'ai eu beaucoup de mal à prier durant la deuxième semaine à Cracovie. Les messes étaient en plein air, loin de l'autel, avec des personnes qui remuent et parlent à côté de soi. Il m'a donc été difficile de me concentrer durant les messes.
Malgré tout, la première semaine a, quant à elle, été très enrichissante du point de vue culturel et religieux puisque je ne connaissais pas du tout la Pologne et les catéchèses m'ont beaucoup plu car j'ai pu approfondir mes connaissances sur la Bible pour mieux la comprendre et par conséquent mieux l'interpréter.
Enfin, je suis heureuse d'avoir pu vivre ces JMJ avec autant de jeunes dans un pays aussi riche en histoire, en paysages et en lieux culturels.
Sophie - 21 ans - étudiante en management des entreprises

Cet été, j’ai eu la chance de vivre mes premières JMJ. J’ai été touchée par la grandeur et la force de l’événement. L’incroyable diversité des personnes rencontrées m’a procurée beaucoup de bonheur. Les JMJ, par les catéchèses et les échanges avec les autres jeunes m’ont permis de faire grandir ma foi, d’enrichir ma façon de la vivre. J’ai appréhendé en Pologne la grandeur de l’Eglise qui unit au delà des frontières, cela m’a beaucoup impressionnée. J’ai été profondément touchée par les paroles du Pape qui nous pousse à sortir de notre divan pour vivre notre vie au présent. Ces JMJ m’ont changées non seulement dans ma foi mais aussi dans ma vision du monde. Je vois désormais Dieu comme un lien et une force entre les jeunes du monde, qui nous soutient et nous incite à être les instruments de relations de paix et de fraternité. Le pape nous encourage donc à avoir un cœur miséricordieux, à nous lever et à donner ; car cela nous procurera plus de joie encore que de recevoir. Il y a réellement un avant et un après. Je vous donnes donc rendez vous pour partager ma joie au Panama en 2019 !
Céline – 17 ans et demi – Aumônerie Croix d’Argent