Du 20 au 21 mars 2015, plus d’une centaine de participants se sont réunis au Centre spirituel Saint-Joseph de Mont-Rouge à Puimisson pour participer à la réflexion de l’Eglise dans le cadre du synode sur la famille.

defispastoraux1

Deux jours auront été nécessaires pour évoquer l'ensemble des thèmes abordés au cours du synode sur la famille d'octobre 2014. Cette session provinciale – organisée par les cinq diocèses de la province de Montpellier – a invité les laïcs ecclésiaux, prêtres, diacres et religieux, pour approfondir les « défis pastoraux de la famille » à partir des lineamenta publiés au cours de la troisième Assemblée générale extraordinaire du Synode des évêques. Ces lineamenta ont ceci de spécifique qu'elles sont suivis de nombreuses questions pour préparer l'Assemblée finale d'octobre prochain.

Ces questions étaient au cœur de ces journées. L'après-midi du 20 mars, tous les participants étaient répartis en atelier pour aborder un thème particulier développé dans le questionnaire : préparation au mariage, annonce de l'évangile de la famille, éducation des jeunes, couples en difficulté, question des divorcés-remariés... Dans chacun de ces ateliers, des passages des lineamenta ont été lus puis discutés avant qu'une réflexion de fond soit rédigée, réflexion qui servira bien-sûr au travail de synthèse nationale réalisé par Mgr Pierre-Marie Carré pour la Conférence des évêques de France. Cette synthèse sera donnée au Vatican en vue de la fin du synode sur la famille.

Les questions étaient nombreuses. Diffusées pour tous en fin de journée, chacun des participants a pu mesurer l'étendue de la tâche à accomplir : « Quelle parole existentielle pour ceux qui vont vers le mariage ? », interroge l'atelier de l'annonce de l'Evangile pour la famille. L'atelier éducation des jeunes se pose la question des moyens « à mettre en œuvre pour rejoindre les jeunes » ; quand l'atelier de préparation au mariage se demande « comment honorer la diversité des couples » qui veulent se marier (couples croyants ou non, concubins ou non, avec ou sans enfants...).

Les participants à ces ateliers avaient été préparés en amont. Le P. François Durand, vicaire général du diocèse de Mende a pu dresser en début de matinée un état des lieux de la famille en France. A la fois, un constat positif est donné puisqu'il apparaît très clairement que la famille reste une valeur plebiscitée : on compte, en 2008, 15, 1 millions de couples dont 77% sont des couples mariés. Toutefois, un mariage sur cinq est un remariage, en plus des 20% d'unions libres. « 250 000 enfants connaissent chaque année le divorce de leur parents », a-t-il ajouté. Entre 2013 et 2014, 17500 personnes de même sexe ont célébré un mariage en France.

 

 Visionner la suite de la conférence ici.

 

L'intervention de Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France, a sans doute été le fait marquant de ces deux journées. Il a fait écho du synode romain de 2014. Participer à celui-ci a d'abord été pour lui une « expérience spirituelle », car une rencontre comme celle-ci ne se fait pas sans de longs moments de prière. Mais cette participation a été surtout une « expérience ecclésiale » : c'est là qu'on se rend compte de la diversité des réalités ecclésiales dans le monde. Après cette expérience, on prend vraiment conscience de la responsabilité que l'on porte, a-t-il précisé. Bien entendu, Mgr Georges Pontier est revenu sur le synode, son contenu, ses débats, en évoquant lui-même les différents points qui ont été repris dans les ateliers l'après-midi. Ne cherchant pas de solutions pré-requises, mais évoquant les questions que chacun des sujets posent nécessairement, il a fait prendre conscience de la complexité du sujet traité.

Visionner la suite de la conférence ici.

Sous l'angle biblique et pastoral, d'autres intervenants ont fait part aussi de la diversité des situations familiales dans le monde d'aujourd'hui, entre autres les témoignages de couples engagés dans la pastorale familiale (Cana, Chemin neuf, Equipes Notre-Dame, Centres de préparation au mariage). Autant d'échanges et de pistes de réflexion qui ont contribué à nourrir la prochaine assemblée du synode sur la famille.

P.-E.M.

Sur le même sujet

Associations familiales catholiques

En 1905, profitant de la toute nouvelle loi sur les associations, le chanoine Tournier crée la première Association Catholique de Chefs de Famille.

Read More...

VIIIe rencontre mondiale des familles à Philadelphie 2015

Les fidèles afflueront du monde entier pour cette célébration de la famille "sanctuaire de l’amour et de la vie", du 22 au 27 septembre 2015.

Read More...

Familles

Au service des hommes et des femmes de ce temps, l'Église est particulièrement attentive à la famille. Elle en rappelle sans relâche l'importance pour la vie en société comme pour chacun d'entre nous. Elle le fait avec réalisme et confiance.

L'Église écoute les familles et regarde comment on y prend soin les uns des autres. Elle reconnaît et valorise la famille dans sa vocation sociale, car elle est une « école d'enrichissement humain » (Gaudium et spes 52). La cellule familiale permet de vivre l'expérience de la gratuité, l'ouverture aux autres, le dialogue entre générations. C'est le premier lieu où s'acquiert la confiance en soi et dans les autres, où s'apprend la gestion des tensions et des conflits relationnels.Le pape François en parle comme du lieu où l'on « apprend à vivre ensemble dans la différence et à appartenir aux autres » (Evangelii Gaudium 66).

On y découvre ce qu'aimer veut dire et la richesse de la relation.La famille est ce lieu exemplaire où s'éprouve la communion des personnes, où se conjugue le « je » et le « nous ». Ce sens des autres est essentiel à une vie citoyenne, à une vie chrétienne.

L'Église fait route avec les familles. Elle célèbre leurs joies et leurs peines, les soutient dans l'ordinaire de la vie comme dans les temps forts. De bien des manières, elle accompagne les familles dans leur histoire, particulièrement aux moments de la naissance, du mariage et du deuil, mais aussi dans l'éducation des enfants ou dans l'épreuve de la maladie.

La vie familiale est parfois marquée de découragements et de crises, voire d'abus. L'Église travaille à rendre la fidélité possible pour qu'elle ne se présente pas simplement comme un bel idéal. Elle tente également de venir en aide aux familles touchées par les multiples épreuves de la vie : problèmes éducatifs, difficultés économiques, séparation, divorce, veuvage...

Au nom de sa foi en Christ, l'Église désire la rencontre avec toutes les familles. Tout en osant dire que tout ne se vaut pas, elle prend en compte la diversité des situations et accueille les personnes sans condition préalable.

L'Église invite à vivre la bonne nouvelle de la famille. Elle annonce que le mariage, « communauté de vie et d'amour » (Gaudium et spes 48) reflète l'amour de Dieu. Le mariage fondé sur le libre choix d'une femme et d'un homme de s'allier pour la vie, est la meilleure chance pour la vie de famille ; un roc sur lequel s'appuyer pour nourrir des liens durables. L'amour humain est porteur d'une réalité divine.

Dans le sacrement de mariage, Dieu lui-même s'engage aux côtés des époux, qui reconnaissent sa présence agissante dans leur vie. Se marier c'est alors s'engager librement, avec l'aide de Dieu, à aimer dans la fidélité, la persévérance et la fécondité. L'Église célèbre et proclame que la vie conjugale et familiale en Christ est bien un chemin de bonheur.

L'Église s'oppose à une conception très individualiste de la famille et rappelle que celle-ci n'est ni un absolu, ni un espace clos. La famille inscrit ainsi chacun dans une histoire plus vaste, les généalogies bibliques le montrent bien. Lieu par excellence de l'hospitalité, la vie familiale ouvre à l'autre et à l'Autre.

Les mouvements de la pastorale familiale :

- Centre de préparation au mariage
- Equipes Notre-Dame
- Fraternité Cana
- Vivre et aimer
- Associations Familiales catholiques (AFC)
- Renaissance (Femmes séparées ou divorcées)
- Espérance et vie

 

Equipe diocésaine : 

Michel et Agnès Courtois
Fabrice et Magalie Maurizot
Philippe et Marie-Gabrielle Mollandin
Marcello et Marie-laure Pessoa
Fr Arnaud Blunat op

Read More...

Formation des laïcs en deux ans : un printemps pour la foi !

La formation des Laïcs en 2 ans (FL2) vient d’achever le parcours avec la 14ème promotion et commence à ouvert une nouvelle session en Octobre 2017.

Read More...

Renaissance

Depuis 1954, Renaissance aide les femmes dans les premiers temps de leur séparation. C’est un mouvement de passage.

Read More...

Famille, communauté de personnes

La bibliothèque diocésaine vous propose ses choix de lecture. Cette fois-ci la Revue théologique des Bernardins.

Read More...

Je me forme

Le diocèse propose, conçoit et organise des actions de formation permanente pour ses acteurs pastoraux : prêtres, diacres, laïcs en responsabilité.

Read More...

Synode sur les défis de la famille

Editorial du mois de novembre de Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier où il aborde le synode sur la famille qui s'est déroulé du 5 au 19 octobre à Rome.

Read More...

Fraternité Cana

La Fraternité Cana est un parcours de formation qui est proposé à la suite de la session Cana pour ceux qui souhaitent aller plus loin.

Read More...

Vivre et aimer

Vivre et Aimer est au service d’une relation de couple vivante. Aimer pour la vie, ça se décide, ça s’apprend, ça s’entretient ! Comment ? 

Read More...

Le Centre universitaire Guilhem de Gellone : les formations religieuses et diplomantes

Le Centre Universitaire Guilhem de Gellone est un service du diocèse de Montpellier chargé du développement de l’enseignement supérieur catholique.

Read More...